PUBLICITÉ

Covid-19 : Londres dispose de deux vaccins

Covid-19 : Londres dispose de deux vaccins
Tous droits réservés Steve Parsons/AP
Tous droits réservés Steve Parsons/AP
Par Euronews
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Le #Royaume-Uni donne un coup d'accélérateur à sa campagne vaccinale contre le #Covid-19 : le vaccin d'#Astrazeneca/Oxford est désormais disponible dans le pays.

PUBLICITÉ

Le Royaume-Uni poursuit sa campagne de vaccination au pas de charge contre le Covid-19 : le vaccin de Pfizer/BioNTech a été administré à plus d'un million de personnes dans le pays.

Ce ressortissant britannique, Brian Pinker, a été le premier à s'être fait injecter celui élaboré par Astra Zeneca et l'université d'Oxford, qui n'a pas encore été validé par les instances sanitaires européennes.

"Le vaccin, c'est tout pour moi", s'émeut Brian Pinker, premier patient britannique à bénéficier du vaccin, et âgé de 82 ans. "C'est le seul moyen de retrouver une vie normale. Ce virus est terrible, je suis très heureux d'avoir reçu le vaccin de l'université d'Oxford".

Le Royaume-Uni doit faire face à une progression fulgurante de l'épidémie, avec plus de 50 000 nouveaux cas de Covid-19 recensés chaque jour, attribués à la variante du coronavirus.

"Nous sommes entrés dans une nouvelle phase de la bataille", indique Daniel Atlmann, professeur d'immunologie à l'Imperial College de Londres. "Au début, c'était une bataille scientifique - peut-on fabriquer des vaccins ? Est-ce qu'ils vont marcher ? Neutraliser le virus ? Mais nous avons de nombreux atouts, et aujourd'hui nous passons à une nouvelle phase dans cette campagne, à savoir la logistique. Peut-on organiser une chaîne du froid ? Mettre en place des équipes pour vacciner ? Produire assez de doses, sans problème ? Cela devient un autre genre de bataille, qui est tout aussi important".

La France a été critiquée pour sa lenteur à lancer la campagne de vaccination, qui n'a bénéficié qu'à un peu plus de 500 personnes jusqu'à présent. Dès ce lundi, les soignants de plus de 50 ans peuvent se faire vacciner dans les hôpitaux dotés de super-congélateurs.

En Allemagne, où une trentaine de centres de stockage ont été mis en place, près de 200 000 personnes ont été vaccinées en l'espace d'une semaine.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

La stratégie de vaccination européenne contre le covid-19 contestée

COVID-19 : Rishi Sunak défend son action et relativise son rôle

Royaume-Uni : Boris Johnson attaqué par ses anciens conseillers pour sa gestion du Covid-19