EventsÉvènementsPodcasts
Loader
Suivez-nous
PUBLICITÉ

Les pays des Balkans qui n'ont pas reçu de doses de vaccin sont amers

Les pays des Balkans qui n'ont pas reçu de doses de vaccin sont amers
Tous droits réservés Boris Grdanoski/AP
Tous droits réservés Boris Grdanoski/AP
Par Laurence Alexandrowicz
Publié le
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Les pays des Balkans se sentent comme les parents pauvres de l'Europe, et jalousent les 27. Sans stock de vaccins actuellement, ils ne devraient commencer la campagne de vaccination qu'au printemps.

PUBLICITÉ

Ils se sentent comme les parents pauvres de l'Europe. Alors que les vaccinations ont commencé dans l'Union européenne, les pays des Balkans attendent toujours les doses de vaccin. Amers, les 20 millions d'habitants de la Bosnie, de la Serbie, d'Albanie, du Kosovo, du Monténégro, et de Macédoine du Nord n'ont pas de calendrier précis de vaccination, on parle du printemps

 "Ce qui est profondément décevant pour moi, c'est qu'en Bosnie-Herzégovine, nous nous attendons à ne commencer les vaccinations qu'au printemps, regrette Ismet Gavrankapetanovic, chef de l'hôpital Dr. Abdulah Nakas de Sarajevo. Je pense que c'est honteux, nous devons corriger cela dès que possible, et je souhaite appeler toutes les autorités de ce pays à modifier et à corriger cette honte historique."

La Serbie est la seule nation à avoir reçu des vaccins, 25 000 doses du vaccin Pfizer-BioNTech et 2 400 du vaccin russe Spoutnik.

De nombreux pays des Balkans fondent leurs espoirs sur COVAX, une agence mondiale d'achat de vaccins créée par l'Organisation mondiale de la santé et des organisations caritatives internationales pour lutter contre les inégalités croissantes en matière de distribution de vaccins. L'Union européenne a versé 500 millions à COVAX, et prévoit encore 70 millions d'aide pour les Balkans. Mais cela ne suffit pas à calmer la rancoeur contre les 27, considérés comme des pays riches et favorisés.

L'abandon ressenti par les Balkans pourrait précipiter la région un peu plus dans la sphère d'influence russe, alors que les portes de l'Union leur sont encore fermées.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Le Tribunal spécial pour le Kosovo condamne Pjetër Shala à 18 ans de prison

No Comment : 34e édition de la "Descente joyeuse" en Serbie

Bruxelles : échec des pourparlers entre la Serbie et le Kosovo