Haut-Karabakh : Amnesty veut une enquête, l'ONG compte 146 civils tués pendant le conflit

Haut-Karabakh : Amnesty veut une enquête, l'ONG compte 146 civils tués pendant le conflit
Tous droits réservés Emrah Gurel/Copyright 2020 The Associated Press. All rights reserved.
Par Euronews avec AFP
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Amnesty International réclame une enquête sur les civils tués durant le conflit au Haut-Karabakh : selon l'ONG, l'Azerbaïdjan et l'Arménie ont visé des zones résidentielles.

PUBLICITÉ

Amnesty International appelle l'Azerbaïdjan et l'Arménie à ouvrir rapidement une enquête sur la mort des civils lors du conflit au Haut-Karabakh.

Bakou et Erevan nient avoir délibérément visé des civils lors des affrontements.

L'ONG évoque de son côté des "preuves évidentes".

Selon Amnesty, les deux camps ont utilisé des "armes imprécises et aveugles" pour viser des zones civiles éloignées du front ou de toute cible militaire.

L'Organisation de défense des droits de l'homme dit avoir "visité des dizaines de sites frappés" et compte 17 bombardements des forces amériniennes et azerbaïdjanaises ayant tué des civils.

Au total, selon le rapport d'Amnesty, les six semaines de conflit ont coûté la vie à plus de 6 000 personnes, en majorité des combattants, mais aussi 146 civils : 94 civils azerbaïdjanais et 52 Arméniens.

Le cessez-le-feu a été signé le 9 novembre dernier sous l'égide de Moscou.

Pour la première fois depuis la fin des combats, les dirigeants arméniens et azerbaïdjanais se sont rencontrés au Kremlin en début de semaine.

Le président azerbaïdjanais estime que le conflit fait désormais partie du passé alors que le ministre arménien regrette que la "question des prisonniers de guerre n'ait pas été réglée."

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Jens Stoltenberg "exhorte" Bakou et Erevan a signer un accord de paix

Le chef de l'OTAN condamne les élections russes dans les territoires occupés d'Ukraine et de Géorgie

Arménie : un activiste russe appelle à voter contre Vladimir poutine