EventsÉvènementsPodcasts
Loader

Find Us

PUBLICITÉ

Désarmement nucléaire : Washington et Moscou devraient prolonger le traité New Start

Lancement d'un missile
Lancement d'un missile Tous droits réservés Cleared
Tous droits réservés Cleared
Par Euronews avec AFP
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Aussitôt arrivé au pouvoir, Joe Biden cherche à apaiser les tensions avec la Russie. Le nouveau président américain a donné son feu vert à une prolongation de 5 ans du traité New Start.

PUBLICITÉ

Aussitôt arrivé au pouvoir, Joe Biden cherche à apaiser les tensions avec la Russie. Le nouveau président américain a donné son feu vert à la prolongation du traité de désarmement nucléaire "New Start".

Un signe de détente

Cette annonce a aussitôt été saluée par le Kremlin, qui attend toutefois de connaître les détails de cette proposition. Washington souhaite prolonger de cinq ans ce traité-clé de désarmement, alors que l'administration Trump s'était positionnée sur une prolongation conditionnelle d'un an seulement.

Le secrétaire général de l'OTAN Jens Stoltenberg s'est félicité de l'annonce américaine :

"Je salue l'annonce du président Biden et son intention de demander une prolongation du traité New Start. J'ai répété à plusieurs reprises que nous ne devrions pas nous retrouver dans une situation où nous n'avons pas d'accord (...) Une prolongation du traité New Start n'est pas une fin en soi. Ce devrait être le début de nouveaux efforts visant à renforcer davantage le contrôle international des armes nucléaires. Il faut voir comment nous pouvons inclure plus de systèmes d'armes et inclure aussi davantage de nations, par exemple la Chine. "

Une prolongation du traité New Start n'est pas une fin en soi. Ce devrait être le début de nouveaux efforts visant à renforcer davantage le contrôle international des armes nucléaires.
Jens Stoltenberg
Secrétaire général de l'OTAN

Signé en 2010, le traité New Start est le dernier grand accord de réduction et de limitation du nombre des armements existant entre les anciens rivaux de la Guerre froide. Il limite les arsenaux de la Russie et des États-Unis à un maximum de 1.550 ogives. Le nombre de lanceurs et de bombardiers lourds est aussi plafonné.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Zelensky à Bruxelles pour des accords de sécurité avec des alliés occidentaux

L’Arménie va quitter l’Organisation du Traité de sécurité collective dirigée par Moscou

Nouvelle crise de missiles ? Des navires de guerre russes se rendent à Cuba aujourd'hui