DERNIERE MINUTE
This content is not available in your region

Le couvre-feu provoque des émeutes aux Pays-Bas, au moins 130 arrestations

Access to the comments Discussion
Par euronews avec AFP, AP
euronews_icons_loading
Véhicule incendié à Eindhoven, 24 janvier 2021
Véhicule incendié à Eindhoven, 24 janvier 2021   -   Tous droits réservés  ROB ENGELAAR/Rob Engelaar
Taille du texte Aa Aa

Les Pays-Bas ont vécu un dimanche sous le signe de la colère et de la violence contre le couvre-feu sanitaire. Dans plusieurs villes, à Amsterdam, à Eindhoven, de petites manifestations ont tourné à l'émeute. A Amsterdam, par exemple, 1 500 personnes ont défilé après la première nuit passée sous couvre-feu et au moins 100 personnes ont été arrêtées selon la police qui avait déployé canons à eau et chiens.

Dans le sud, à Eindhoven, la police montée était mobilisée, mais plusieurs véhicules ont été incendiés et des commerces de la gare centrale ont été pillés. Les autorités ont fait savoir qu'au moins 30 personnes avaient été arrêtées.

Le gouvernement néerlandais a dénoncé ces violences, de même que l'incendie d'un centre de dépistage du coronavirus à Urk dans le nord du pays samedi soir.

AP/AP
Centre de dépistage incendié à Urk, à 80 km au nord-est d'Amsterdam, 23 janvier 2021AP/AP

Le couvre-feu qui met en colère une partie de la population, est le premier depuis la seconde guerre mondiale aux pays-bas. Il interdit de sortir de chez soi de 21h à 4h30 du matin sous peine d'une amende de 95 euros. Des dérogations sont possibles pour travailler ou revenir de funérailles, à condition de présenter une attestation.

Le Premier ministre Mark Rutte avait déclaré mercredi que la décision d'instaurer un couvre-feu avait été confortée par la propagation du variant britannique du coronavirus.

Selon lui, le couvre-feu doit éviter un confinement, mais jamais, depuis le début de la crise sanitaire, les Néerlandais n'avaient jusqu'ici dû justifier leurs déplacements.

En plus de susciter la colère d'une partie de la population, l'instauration d'un couvre-feu a soulevé l'opposition de certains députés, dont le chef de file de l'extrême droite Geert Wilders.