DERNIERE MINUTE
This content is not available in your region

Covid-19 : en République tchèque, les hôpitaux à la peine

Access to the comments Discussion
Par Euronews avec AFP
euronews_icons_loading
Covid-19 : en République tchèque, les hôpitaux à la peine
Tous droits réservés  euronews
Taille du texte Aa Aa

La ville thermale de Karlovy Vary, dans la région tchèque de Bohême, fourmille habituellement de visiteurs. Renommée pour son architecture et son festival de cinéma, elle a actuellement des airs de ville fantôme.

L'ouest du pays est particulièrement touché par l'épidémie de Covid-19, et dans l'hôpital de la ville, le service de soins intensifs peine à faire face. Avec près de 20 000 morts pour 11 millions d'habitants, la République tchèque a l'un des taux de décès les plus élevés au monde.

« Ce matin, il restait six lits dans l'unité de soins intensifs, explique le porte-parole de l'hôpital Vladislav Podracky_, mais en l'espace d'une ou deux heures, cela peut changer du tout au tout. »_

Dans l'ensemble du pays, plus de 1300 patients sont en soins intensifs et les soins non-Covid sont ralentis, voire reportés.

« Nous essayons de trouver des solutions en transférant les patients Covid dans les hôpitaux voisins. Chaque jour, 10 à 15 patients sont ainsi transférés », ajoute le porte-parole de l'hôpital deKarlovy Vary.

Le ministère de la Santé le reconnaît, la situation est critique, d'autant que les infections continuent de progresser.

« Dans notre pays, les capacités en soins intensifs arriveront à saturations d'ici deux semaines », confirme ainsi le vice-ministre de la Santé, Vladimir Cerny.

Le gouvernement envisage de demander de l'aide à l'Allemagne voisine pour qu'elle prenne en charge des patients.

Le pays a enregistré au total plus de 1,1 million de cas de contamination, et le nombre quotidien des personnes testées positives tourne autour des 11 000. Parmi les personnes récemment diagnostiquées figure notamment l'ancien président Vaclav Klaus, qui refusait de porter un masque en public.

À partir de jeudi, le gouvernement rend obligatoire le port de masques FFP2 dans les bâtiments publics et les transports publics notamment, et il a prévenu que de nouvelles restrictions pourraient suivre.