DERNIERE MINUTE
This content is not available in your region

Confiner totalement Paris trois semaines ? Une hypothèse de travail, pas une demande

Access to the comments Discussion
Par euronews avec AP, AFP
euronews_icons_loading
Emmanuel Grégoire, premier adjoint de la mairie de Paris, France, 26 février 2021
Emmanuel Grégoire, premier adjoint de la mairie de Paris, France, 26 février 2021   -   Tous droits réservés  ALAIN JOCARD/AFP or licensors
Taille du texte Aa Aa

C'est un rétropédalage en bonne et due forme... Après avoir réagi à la mise sous surveillance renforcée de Paris en proposant un confinement total d'au moins trois semaines de la capitale française, dans le but de rouvrir plus rapidement bars, restaurants et lieux culturels, le premier adjoint de la mairie de Paris Emmanuel Grégoire est revenu sur ce point en conférence de presse :

"Face à l'aggravation de la situation sanitaire, nous disons que la politique des demi-mesures qui consistent à compléter par séquence en rajoutant des difficultés aux difficultés sans résultats probants pose la question ou pas de l'arbitrage de la part de l'exécutif national sur un confinement plus dur. Evidemment cette hypothèse ne peut pas concerner que Paris. Il n'en est pas question, Je redis que ce n'est pas une demande de notre part : cela n'a jamais été une demande de notre part, mais simplement une hypothèse que nous souhaitons mettre sur la table."

L'obsession affichée de la mairie de Paris est d'accélérer la vaccination et de se projeter sur les protocoles de réouverture de tous les lieux fermés après 140 jours de couvre feu, et des restaurants, des bars, et des lieux culturels à l'arrêt depuis l'automne.

L'option d'un confinement le weekend est extrêmement contraignante et son efficacité contestable affirme encore la mairie de Paris qui serait aussi favorable à la mise en place du télétravail obligatoire.

Elle soutient également le maintien de l'ouverture des écoles, mais avec priorité à la vaccination des enseignants. Toutefois, l'impact des variants dans le milieu scolaire doit être discuté ajoute-t-elle.

Le gouvernement avait réagi ce matin par la voix de son porte-parole en se disant ouvert à la discussion, mais doutant de l'efficacité d'un confinement dur de trois semaines pour revenir à la normale.

Bref, dans les jours qui viennent Paris comme les 19 autres départements sous surveillance renforcée vont devoir accorder leur violons tout en ménageant les Français et les avis scientifiques sur les mesures à prendre.