DERNIERE MINUTE
This content is not available in your region

Explosions meurtrières à Bata, capitale économique de la Guinée équatoriale

euronews_icons_loading
Explosions meurtrières à Bata, capitale économique de la Guinée équatoriale
Tous droits réservés  AP/TVGE
Taille du texte Aa Aa

En Guinée équatoriale, quatre explosions accidentelles dans un camp militaire ont littéralement soufflé plusieurs quartiers d'habitations à Bata, capitale économique du pays. Ces explosions ont tué au moins 20 personnes, 600 autres ont été blessées.

Un énorme panache de fumée s'élevant au-dessus du lieu de l'explosion a été montré à la télévision locale alors que les habitants fuyaient. Selon un communiqué du ministère, "les explosions (...) de munitions de gros calibre" ont provoqué des "ondes de choc qui ont détruit totalement de nombreuses maisons avoisinantes.

La télévision locale montrait en boucle des images de civils et de pompiers extrayant des enfants et des adultes d'amas de béton et de ferrailles.

Le ministre des affaires étrangères du pays, Simeón Oyono Esono Angue, a demandé l'aide des pays voisins :

"Je demande à vos Excellences (ambassadeurs), l'aide de pays amis et frères, d'organisations internationales, pour aider la République de Guinée équatoriale dans cette situation dramatique que nous connaissons. Vous savez que nous sommes déjà en urgence sanitaire (pandémie de coronavirus) et s'ajoute à cela cette tragédie dans la ville de Bata".

Les hôpitaux étaient déjà surchargés par les cas de Covid-19.

Le président Teodoro Obiang Nguema, à la tête de la Guinée équatoriale depuis près de 42 ans, a ordonné une enquête. Mais selon lui, la ville de Bata a été victime d'un accident provoqué par la négligence de l'unité chargée de garder les dépôts de dynamite, d'explosifs et de munitions du camp militaire de Nkoa Ntoma, lesquels ont pris feu à cause de brûlis allumés dans les champs par des fermiers.

Selon un tweet du ministère de la Santé, de nombreux habitants des quartiers environnants doivent encore se trouver sous les décombres de leurs maisons ou immeubles.