DERNIERE MINUTE
This content is not available in your region

Une année de pandémie de covid-19

Access to the comments Discussion
Par Stefan Grobe  & Euronews
euronews_icons_loading
Une année de pandémie de covid-19
Tous droits réservés  CRISTINA QUICLER/AFP
Taille du texte Aa Aa

Les chiffres résument l’ampleur de la crise sanitaire. En une année les cas d’infections sont passés de 120 000 à 120 millions de personnes atteintes par le covid-19. Le nouveau coronavirus a entrainé 2,6 millions de décès sur l’ensemble de la planète.

Les experts estiment qu’aujourd’hui le virus est plutôt sous contrôle. Mais tous soulignent qu’il est irréaliste de penser que la pandémie sera terminée d’ici la fin de l’année. Les dirigeants politiques partagent cet optimisme prudent. Ils appellent à maintenir les gestes barrières et les mesures de restriction.

A la crise sanitaire s’ajoutent désormais des tensions diplomatiques. Les campagnes de vaccination sont en cours en Europe. Mais le manque de doses est à l’origine de difficultés entre l’UE et le Royaume-Uni. Le président du Conseil européen, Charles Michel, a accusé Londres de nationalisme vaccinal et d’avoir imposé une interdiction d’exporter des vaccins alors que l’Union a donné des millions de doses aux pays les plus pauvres. Le gouvernement britannique fait valoir qu’il a soutenu le développement du vaccin d’AstraZeneca à l’université d’Oxford.

Pour le Parlement européen la justification n'est pas valable. Avant le Brexit, Oxford a bénéficié des fonds européens consacrés à la recherche. La récrimination est identique concernant le vaccin BioNTech/Pfizer, financé par l’UE et l’Allemagne. "Pourquoi 8 millions de doses BioNTech/Pfizer ont été envoyées au Royaume-Uni alors qu’ils n’ont rien envoyé sur le continent. Ce n’est pas juste et nous devons être plus fermes", dénonce l’eurodéputé Peter Liese.