DERNIERE MINUTE
This content is not available in your region

Covid-19 : colère en Jordanie après sept décès causés par une panne d'oxygène en réanimation

euronews_icons_loading
Covid-19 : colère en Jordanie après sept décès causés par une panne d'oxygène en réanimation
Tous droits réservés  AP Photo
Taille du texte Aa Aa

Ils étaient plusieurs centaines à attendre le passage du roi jordanien Abdullah II , pour exprimer leur colère. Le monarque s'est rendu ce samedi à l'hôpital gouvernemental de Salt, une ville située à une trentaine de kilomètres de la capitale Amman. Un peu plus tôt, 7 malades du Covid-19 en réanimation sont décédés dans l'établissement, suite à une panne d'alimentation en oxygène de près d'une heure. Les victimes sont quatre hommes et deux femmes, selon une source de l'hôpital où quelque 150 malades du coronavirus sont soignés.

Un drame qui a provoqué une vive émotion dans le pays, alors que beaucoup dénoncent le manque de moyens humains et matériels dans les hôpitaux pour lutter contre l'épidémie. Habis Kharabsha était à l'hôpital pour voir ses parents malades quand l'oxygène a été coupée : "J'ai fait trois fois un massage cardiaque à mon père, et deux fois à ma mère. J'ai appelé le directeur de l'hôpital à 10h30. Le service d'isolement Covid n'a qu'un seul médecin et deux infirmières pour 50 à 60 patients, c'est injuste", témoigne-t-il.

Cet hôpital manquait déjà de médecins et d'infirmières, mais ce qui est arrivé aujourd'hui est encore plus grave, avec le manque d'oxygène qui a accru les souffrances des malades.
Souleimane Khreissat
infirmier à la retraite qui a perdu deux de ses proches

Même si une enquête vient d'être ouverte pour déterminer avec certitude la cause des décès, le roi Abdullah II a d'ores et déjà démis de ses fonctions le directeur de l'hôpital de Salt. Le ministre de la santé,Nazir Obeidat, à quant à lui présenté sa démission.

Une réunion extraordinaire du Parlement et du Sénat doit avoir lieu dimanche, a annoncé le président de la Chambre des députés Abdelmoneim Saleh. "Dans ces temps difficiles, les institutions ne peuvent tolérer aucune négligence et aucune erreur, _en particulier dans les traitements dispensés dans les hôpitau_x", a-t-il dit. "Aucune clémence ne peut être accordée aux responsables des négligences qui ont entraîné l'incident d'aujourd'hui et d'autres" par le passé, a ajouté M. Saleh.

Le royaume de 10 millions d'habitants a enregistré plus de 464 000 cas d'infection, dont 5 200 décès, selon les autorités. Depuis le lancement en janvier de sa campagne de vaccination, 65 000 personnes ont reçu au moins une dose du vaccin germano-américain Pfizer/BioNTech ou du vaccin chinois Sinopharm.

La Jordanie a aussi reçu vendredi une première livraison de 144.000 doses du vaccin AstraZeneca par le biais du dispositif Covax mis en place par l'OMS afin de faciliter l'accès des pays les plus défavorisés au vaccin. Une deuxième livraison est attendue en avril, est-il précisé dans un communiqué conjoint de l'Unicef, de l'Union européenne et de l'OMS.