This content is not available in your region

"Nous ne pouvons plus être punis pour notre position géographique" : migrants, un fardeau à partager

Access to the comments Discussion
Par Laurence Alexandrowicz
euronews_icons_loading
"Nous ne pouvons plus être punis pour notre position géographique" : migrants, un fardeau à partager
Tous droits réservés  ARIS MESSINIS/AFP

Un fardeau à partager par tous : cinq pays méditerranéens en première ligne de l'immigration massive vers l'Europe souhaitent que les autres pays de l'UE soient plus solidaires.

Leurs demandes sont triples : une meilleure coopération avec les pays d'Afrique, du Moyen-Orient et d'Asie du Sud d'où proviennent la plupart des migrants. Une plus grande volonté des autres pays de l'UE d'accueillir les migrants. Et un mécanisme européen centralisé de rapatriement.

"Nous ne pouvons plus être punis pour notre position géographique, a déclaré Byron Camilleri, ministre maltais de l'Intérieur. Nous ne pouvons plus être laissés seuls à gérer les arrivées irrégulières en provenance de pays tiers. Nous ne pouvons plus être punis pour avoir sauvé des vies en mer. "

"En augmentant la coopération avec les pays d'origine et de transit, ajoute Fernando Grande-Marlaska, ministre de l'Intérieur de l'Espagne, nous pouvons éviter les arrivées irrégulières, ainsi que le trafic de personnes, le trafic d'immigrants, et évidemment la perte de vies humaines."

Pendant cette rencontre à Athènes entre ministres chypriote, espagnol, maltais, italien et grec, plus de mille personnes ont manifesté en solidarité avec les migrants.

La question migratoire est aussi étroitement liée aux relations avec la Turquie, partenaire clé mais controversé de l'UE dans la gestion de la crise migratoire.