DERNIERE MINUTE
This content is not available in your region

Le tourisme européen tente de préparer la saison estivale

Par Euronews
euronews_icons_loading
Le tourisme européen tente de préparer la saison estivale
Tous droits réservés  AFP
Taille du texte Aa Aa

La Semaine Sainte, coup d'envoi de la haute saison touristique en Espagne, devrait être très mitigée cette année du point de vue de la fréquentation. Sur la Costa del sol, les plages sont prêtes, les bars et les restaurants sont ouverts jusqu'à 22h30, tout comme les musées et les monuments mais les touristes se font rares.

Gregorio García, Président de la Fédération de l'hôtellerie et du tourisme de Grenade : "Il n'y a pas de semaine sainte, il n'y a pas de prévisions, car seulement 12 ou 14% des hôtels sont ouverts. Ce sont des hôtels familiaux et il y a aussi une fermeture de certains secteurs et des fermetures provinciales."

L'Espagne va lever ses restrictions sur les vols et les ferries en provenance du Royaume-Uni. Les autorités devraient faire de même avec le passage de la frontière terrestre depuis Gibraltar, à partir de 18 heures ce mardi.

Cette mesure intervient alors que les campagnes de vaccination au Royaume-Uni et à Gibraltar ont largement dépassé celles de l'UE.

Autre destination touristique prisée, la Grèce espère attirer les visiteurs et sauver sa saison. Pour cela Athènes mise beaucoup sur la vaccination et a décidé que tous les vaccins, y compris le russe Spoutnik V et le chinois Sinovac, permettront de pénétrer sur son territoire sans contrôles supplémentaires.

"D'après les consultations que j'ai eues et les décisions prises avec les experts (grecs) de la santé, il n'y a aucun risque accru, en aucune circonstance, qu'importe le type de vaccin. En outre, certaines entreprises pharmaceutiques ont déjà demandé et pourraient bientôt obtenir une approbation de l'Agence européenne des médicaments", a expliqué Harry Theoharis, ministre grec du Tourisme.

Un an après le début de la pandémie de covid 19, le constat est inquiétant pour le secteur. A Paris par exemple la crise sanitaire aurait privé la capitale et sa région de 15,5 milliards d'euros de recettes l'an passé.