DERNIERE MINUTE
This content is not available in your region

Vaccin AstraZeneca : la Commission européenne appelle les 27 à "parler d'une seule voix"

euronews_icons_loading
Vaccination à Bucarest, en Roumanie, le 7 avril 2021.
Vaccination à Bucarest, en Roumanie, le 7 avril 2021.   -   Tous droits réservés  Vadim Ghirda/Copyright 2021 The Associated Press. All rights reserved.
Taille du texte Aa Aa

Les pays européens sont en ordre dispersés depuis la déclaration de l'Agence européenne du médicament (EMA) sur les liens entre le vaccin AstraZaneca et de rares cas de thromboses. Réunis mercredi, les ministres de l'Union Européenne ont échoué à convenir d’une direction commune sur l’utilisation du sérum suédo-britannique.

Ce jeudi, la Commission européenne a donc appelé les 27 à "parler d’une seule voix pour améliorer la confiance du public dans la vaccination", comme l'a écrit dans un tweet la commissaire à la Santé, Stella Kyriakides . "La commissaireKyriakides souhaite que les États membres chargent des experts de travailler avec l'EMApour élaborer une approche coordonnée dans l'ensemble de l'UEsur la base d'analyses supplémentaires et d'études sur le groupe d'âge", a déclaré Stefan De Keersmaecker, le porte-parole de la commissaire Kyriakides. "En\_ ce qui nous concerne, le contrat avec AstraZeneca est toujours en cours. Comme nous l'avons déjà souligné à plusieurs reprises, nous attendons de la société la livraison d'un nombre suffisant de doses dans les délais promis._"

Pour l'heure, chaque pays membres conserve des directives distinctes, notamment concernant l'âge minimum d'administration du vaccin AstraZeneca : 60 ans minimum pour l'Italie, l'Espagne, l'Allemagne et les Pays-Bas, 56 ans pour la Belgique et 55 ans pour la France. Pas d'âge minimum en Bulgarie, mais une attention particulière pour les femmes de moins de 60 ans. Le Danemark quant à lui n'a toujours pas ré autorisé l'administration du vaccin : l'agence sanitaire danoise poursuit ses investigations.