Retrouvailles à Londres pour les chefs de la diplomatie du G7

Retrouvailles à Londres pour les chefs de la diplomatie du G7
Tous droits réservés Stefan Rousseau/AP
Par euronews avec AFP
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Parmi les nombreux dossiers évoqués : la Chine, dont la volonté de s'affirmer comme une puissance militaire et d'exercer son influence dans le monde inquiète

Retrouvailles pour les chefs de la diplomatie des sept grandes puissances économiques mondiales. Après deux ans de pause suite à la pandémie, les ministres des affaires étrangères du G7 se réunissent pour deux jours à Londres.

PUBLICITÉ

Les contentieux géopolitiques ne manquent pas : Chine, Birmanie, Syrie, Iran seront entre autres au menu des discussions.

Ils doivent évoquer aussi les violences en Éthiopie, l'Iran et la Corée du Nord, la Somalie, le Sahel et les Balkans, autant de "problèmes géopolitiques pressants qui sapent démocratie, libertés et droits humains", selon Londres.

Le ministre britannique des Affaires étrangères Dominic Raab, hôte du sommet, a notamment évoqué devant la presse le dossier chinois, sujet de la première réunion : "il y a des domaines dans lesquels nous devons être très clairs, qu'il s'agisse de protéger les intérêts économiques ou de défendre le système international fondé sur des règles, comme celles de la Convention de l'ONU sur la navigation maritime ou les droits de l'homme. La Chine doit être à la hauteur de ses responsabilités en tant que membre important de la communauté international".

"Ce que nous essayons de faire, c'est de faire respecter l'ordre international fondé sur des règles, dans lequel nos pays ont tellement investi ces dernières décennies (...) pas seulement dans l'intérêt de nos propres citoyens, mais aussi des peuples à travers le monde, dont la Chine", a commenté par ailleurs le secrétaire d'Etat américain Antony Blinken

Outre le Royaume-Uni, sont présents dans le club du G7, l'Allemagne, le Canada, les États-Unis, la France, l'Italie et le Japon. Des représentants de l'Union européenne se joindront aussi aux échanges. Le tout, bien sûr, sous strictes précautions sanitaires.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Guerre en Ukraine : Kyiv frappe au cœur la flotte russe à Sébastopol

L'UE cherche à tisser des liens économiques plus équilibrés avec la Chine

Des camions russes apportent des provisions aux habitants du Haut-Karabakh, en manque de tout