DERNIERE MINUTE
Advertising
This content is not available in your region

L'Union européenne toujours en pleine incertitude migratoire

euronews_icons_loading
L'Union européenne toujours en pleine incertitude migratoire
Tous droits réservés  ALBERTO PIZZOLI/AFP or licensors
Taille du texte Aa Aa

Avec des conditions météo plus favorables en été, l'Union européenne s'attend à de nouveaux flux de migrants. La réponse commune sera cruciale pour faire face à ce phénomène assure le Haut-Commissaire des Nations unies pour les réfugiés. A l'occasion d'un déplacement à Bruxelles, Filippo Grandi a souligné auprès du chef de la diplomatie de l’UE le rôle essentiel des 27 en matière d'assistance humanitaire pour ceux qui ont besoin de l'aide internationale.

Mais au Parlement européen tous ne partagent pas cette opinion. "Nous devons arrêter cette hypocrisie, nous devons dire : regardez, l'Europe fait face à de nombreux problèmes, en particulier en cette fin de crise du Covid. Il faut dire à ces personnes qu'ils ne peuvent pas venir de façon illégale", insiste l’eurodéputé du Rassemblement national Jérôme Rivière.

Le représentant de l'ONU a aussi rencontré la Commissaire européenne en charge des Affaires intérieures. Ylva Johansson souligne qu'il faut davantage de solidarité entre les 27 en matière de relocalisation des réfugiés, en particulier après l'arrivée pendant le week-end de milliers de migrants sur l'île de Lampedusa.

Au-delà des paroles, pour l’eurodéputée écologiste Saskia Bricmont il faut surtout de la volonté politique pour que tous les Etats membres prennent leur part de responsabilité. Mais c’est aussi une question de moyens. "Il faut que l'Union finance ces relocalisations pas seulement les politiques de retour, les refoulements illégaux ou l'externalisation de sa politique migratoire", insiste la parlementaire belge.

La proposition de la Commission européenne de réformer la politique migratoire est toujours en cours de négociation. Mais avec une nouvelle vague de migrants attendue de pays comme l'Afghanistan ou la Libye, les 27 devront s'accorder rapidement s'ils ne veulent pas revoir l'UE se diviser à nouveau dans ce dossier.