DERNIERE MINUTE
Advertising
This content is not available in your region

Une semaine de déconfinement se profile en Europe

euronews_icons_loading
Une semaine de déconfinement se profile en Europe
Tous droits réservés  AP Photo
Taille du texte Aa Aa

Une semaine supplémentaire de déconfinement se profile en Europe. Avant la France mercredi, les restaurants et musées ouvrent ce lundi au Royaume-Uni, malgré les craintes liées au variant indien.

Une nouvelle étape de déconfinement a lieu se lundi au Royaume-Uni. Les musées, salles de spectacles et restaurants vont pouvoir accueillir du public à l'intérieur.

Le gouvernement a choisi de maintenir le calendrier malgré l'inquiétude liée au variant indien, responsables de la plupart des contaminations dans certaines régions.

Le Premier ministre britannique avait pourtant prévenu vendredi que le déconfinement anglais "pourrait être perturbé" en raison de la progression de cette mutation indienne du nom de B.1.617.2.

"C'est une course entre la campagne de vaccination et le virus et cet nouveau variant a donné au virus un peu d'avance. Mais nous avons un haut degré de confiance dans le fait que le vaccin va gagner", a déclaré Matt Hancock, le ministre britannique de la Santé, en reprenant à son compte une métaphore de Boris Johnson.

Les Britanniques pourront aussi aller et revenir sans effectuer de quarantaine du Portugal, classé "zone verte" par Londres.

Le gouvernement portugais a de son côté décidé d'accueillir tous les touristes européens dès lundi, sous présentation d'un test PCR négatif à leur arrivée.

En France, une journée marquante aura lieu mercredi pour deux secteurs largement sacrifiés par la crise. Celui de la restauration, avec l'ouverture des terrasses, et celui de la culture avec la réouverture des musées et des cinémas. Le couvre-feu sera retardé à 21 heures.

Ce week-end, un vent de liberté soufflait sur la Pologne. Les gens ont pu tomber le masque à l'extérieur ce samedi, qui marquait aussi la réouverture des terrasses des bars et des restaurants. Le nombre de cas par jour est passé de 30 000 à 3 000 en un mois et demi.