DERNIERE MINUTE
This content is not available in your region

Au Sommet mondial de la santé, les pays riches tentent d'organiser la solidarité internationale

Access to the comments Discussion
Par Euronews avec AFP
euronews_icons_loading
Au Sommet mondial de la santé, les pays riches tentent d'organiser la solidarité internationale
Tous droits réservés  Euronews
Taille du texte Aa Aa

Le FMI a proposé vendredi au G20 un plan destiné à mettre fin à la pandémie mondiale dont le financement est estimé à seulement 50 milliards de dollars avec un objectif de vaccination d'au moins 40% de la population mondiale d'ici la fin de l'année.

Ce montant apparaît bien modeste comparé aux plans de relance massifs mis en place par les pays riches dont le dernier de 1 900 milliards de dollars voté fin mars aux Etats-Unis.

C'est aussi "faible" compte tenu des bénéfices potentiels d'une fin plus rapide de la pandémie, estimés à "environ 9 000 milliards de dollars" pour l'économie mondiale d'ici 2025, ont estimé Gita Gopinath et Ruchir Agarwal, respectivement économiste en chef et économiste du Fonds monétaire international lors d'une conférence téléphonique avec des journalistes.

"L'un des messages clé de notre proposition est que le montant nécessaire n'est pas très élevé", a souligné Gita Gopinath, car les investissements coûteux pour développer des vaccins efficaces ont déjà été faits.

"Notre proposition fixe des objectifs, évalue les besoins de financement et définit des actions pragmatiques", a résumé plus tôt Kristalina Georgieva, la directrice générale du Fonds, à l'occasion du sommet mondial de la santé organisé à Rome dans le cadre du G20.

"Cela ne fera qu'empirer à mesure que l'écart se creuse entre les pays riches qui ont accès aux vaccins et les pays pauvres qui n'en ont pas"
Kristalina Gueorguieva
directrice générale du FMI

Le plan vise à faire vacciner au moins 60% de la population mondiale d'ici la fin de 2022 pour permettre une reprise économique mondiale durable.

Mme Gopinath et M. Agarwal, auteurs du plan, soulignent qu'il est désormais admis qu'il n'y aura pas de "fin durable" à la crise économique sans une fin à la crise sanitaire. Il est donc dans l'intérêt de tous les pays de mettre définitivement un terme à cette crise.

"Depuis un certain temps, nous alertons sur une dangereuse divergence des situations économiques", a commenté Mme Georgieva.

"Cela ne fera qu'empirer à mesure que l'écart se creuse entre les pays riches qui ont accès aux vaccins et les pays pauvres qui n'en ont pas", a-t-elle déploré.

Favoriser une reprise mondiale

A la fin du mois d'avril, moins de 2% de la population africaine avait été vaccinée alors que plus de 40% de la population aux États-Unis et plus de 20% en Europe avaient reçu au moins une dose de vaccin contre le Covid, rappelle le FMI.

La pandémie, qui affecte durement notamment l'Inde, pourrait faire dérailler la reprise mondiale.

Pour remettre la planète sur la voie de la croissance, le FMI fait donc une série de propositions avec pour premier objectif de combler les lacunes en matière de vaccins auxquels de nombreux pays en développement sont confrontés.

Il s'agit d'aider "à maîtriser sensiblement la pandémie partout pour le bénéfice de tous", insiste Mme Georgieva.

Pour remplir les objectifs de vaccination de la population mondiale, le FMI souligne qu'il faut accorder des subventions supplémentaires au dispositif international Covax, par des dons de doses excédentaires et assurer les flux transfrontaliers gratuits de matières premières et de doses de vaccins.

Covax avait été mis en place pour tenter d'éviter que les pays riches ne s'accaparent l'essentiel des précieuses doses. Mais il s'avère inefficace pour le moment.

La proposition du FMI coûterait quelque 50 milliards de dollars dont des subventions (au moins 35 milliards) combinées à des ressources gouvernementales nationales et d'autres financements, a détaillé le FMI.

Le FMI admet que ce sont les pays riches qui sont invités à contribuer le plus à cet effort.

Mais, souligne Kristalina Georgieva, ce sont aussi ceux qui "verraient probablement le meilleur retour sur investissement public de l'histoire moderne, capturant 40% des gains de PIB et environ 1.000 milliards de dollars de recettes fiscales supplémentaires".