EventsÉvènementsPodcasts
Loader
Suivez-nous
PUBLICITÉ

Birmanie : première image d'Aung San Suu Kyi en public depuis quatre mois

Aung San Suu Kyi, Win Myint, et Myo Aung devant le tribunal spécial, 24 mai 2021
Aung San Suu Kyi, Win Myint, et Myo Aung devant le tribunal spécial, 24 mai 2021 Tous droits réservés Myawaddy TV/AP
Tous droits réservés Myawaddy TV/AP
Par euronews
Publié le
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Quatre mois après son arrestation par la junte birmane, une première image d'Aung San Suu Kyi a été rendue publique. A Rangoun, ses soutiens manifestaient malgré la menace.

PUBLICITÉ

Sur cette photo, à gauche, Aung San Suu Kyi. L'ex-dirigeante birmane, chassée du pouvoir par la junte, a comparu en personne devant un tribunal spécialement mis en place dans la capitale Naypyidaw. Aung San Suu Kyu, 75 ans, n'était pas apparue en public depuis son arrestation le 1er février, jour du coup d'état des généraux birmans.

Avant l'audience, elle a finalement été autorisée à rencontrer ses avocats, là encore, en personne.

Elle fait l'objet de six inculpations, notamment d'incitation à la sédition et de fraude lors des élections remportées par son parti la Ligue nationale pour la démocratie en novembre dernier.

"Nous n'avons que 30 minutes donc 5 minutes pour chaque affaire, ce n'est pas suffisant", a expliqué son avocat Khin Maung Zaw qui ajoute qu'elle ne sait pas où elle a été gardée.

Aung Suu Kyi est assignée à résidence mais elle ne saurait donc pas où depuis 16 semaines. Et elle n'aurait accès à aucune information sur ce qui se passe dans son pays. Selon son avocate, l'ex-dirigeante, symbole de démocratie, a déclaré que "son parti existera tant que le peuple existera, car il a été fondé pour le peuple".

Pendant cette comparution, une manifestation de soutien éclair a rassemblé des dizaines de personnes, à Rangoun, malgré la menace. 

En quatre mois, la junte a fait arrêter 4 000 personnes, et 818 manifestants (dernier bilan de l'association indépendante Assistance Association for Political Prisoners) sont morts depuis que la police et l'armée ont commencé à réprimer les rassemblements à balles réelles.

Sources additionnelles • AP, AFP

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Birmanie : trois ans de prison supplémentaires pour Aung San Suu Kyi

Birmanie : Aung San Suu Kyi a été partiellement graciée

Bolivie : deux généraux arrêtés après le putsch raté