DERNIERE MINUTE
Advertising
This content is not available in your region

L'Allemagne reconnaît un génocide en Namibie au début du XXe siècle

euronews_icons_loading
L'Allemagne reconnaît un génocide en Namibie au début du XXe siècle
Tous droits réservés  Michael Sohn/Copyright 2021 The Associated Press. All rights reserved.
Taille du texte Aa Aa

Pour la première fois, l'Allemagne reconnaît que les massacres perpétrés par ses ancêtres en Namibie sont un génocide. Pendant une trentaine d'années, jusqu'à la première guerre mondiale les Allemands colonisent ce territoire semi-désertique du Sud-Ouest africain, l'actuelle Namibie. Entre 1904 et 1908 ils vont exterminer les tribus Herero et Nama,

_ "__Les Allemands ont fait subir des privations à ma grand-mère_, explique Veronika Kamaakoho Mujazu, descendante des survivants Herero, elle a grandi seule parmi des étrangers, obligée de parler leur langue . Et à cause d'eux nous vivons dans la pauvreté, nous voulons qu'ils nous rendent notre dignité, et récupérer nos terres."

En août 2004, année du centenaire du massacre, l'Allemagne avait demandé pardon. Aujourd'hui après cinq ans d'âpres négociations l'Allemagne a reconnu "un génocide" en Namibie. 60.000 Herero et environ 10.000 Nama ont été massacrés. Berlin va verser au pays plus d'1 milliard d'euros d'aides au développement, sur une période de 30 ans.

Cette somme doit profiter en priorité aux descendants des deux populations

_ "Nous allons maintenant aussi appeler officiellement ces événements ce qu'ils étaient du point de vue d'aujourd'hui : un génocide. __Compte tenu de la responsabilité historique et morale de l'Allemagne, nous demanderons à la Namibie et aux descendants des victimes de nous pardonner",_ a déclaré Heiko Maas, le ministre allemand des Affaires étrangères.

"Nous parlons de la vie humaine ici, dit la jeune étudiante Julian Kanyemba. Une fois qu'une vie humaine est perdue, il n'y a rien que l'on puisse vraiment faire. Il n'y a aucune somme d'argent qui peut rembourser une vie qui a été perdue."

Selon les historiens c'est le premier génocide du XXe siècle, avec déjà un recours à des camps de concentration et à des expériences scientifiques sur une race jugée inférieure.

Aujourd'hui les Herero ne représentent plus que 7% de la population namibienne contre 40% au début du XXe siècle.