DERNIERE MINUTE
Advertising
This content is not available in your region

Benjamin Brière, le Français accusé d'espionnage en Iran : sa soeur Blandine témoigne

euronews_icons_loading
AFP PHOTO
AFP PHOTO   -   Tous droits réservés  SAEID DEHGHAN'S TWITTER ACCOUNT
Taille du texte Aa Aa

Benjamin Brière, détenu en Iran depuis un an, doit être jugé pour "espionnage" et "propagande contre le système" politique. Son avocat iranien l'a appris ce dimanche. Le Français de 36 ans a été arrêté alors qu'il traversait le pays en camping car mais il aurait pris avec un drone des photos de zones interdites. Il y a quelques jours, sa soeur Blandine a écrit à l'Elysée pour dire sa colère devant l'inaction de la France...

euronews
Blandine Brière, soeur de Benjamineuronews

Blandine Brière nous raconte : "Le Quai d'Orsay nous assure que Benjamin va bien, mais ça ne va pas plus loin. On demande beaucoup plus maintenant ; on ne peut plus se contenter de "Benjamin va bien" alors qu'il est accusé de choses complètement irréelles. Passer un an en prison, c'est complètement injustifié, c'est du délire, c'est complètement irréel, et aujourd'hui on a besoin qu'il se passe quelque chose, on ne peut plus rester dans le silence après un an sans rien".

Dans le cadre très tendu des négociations sur le nucléaire iranien, la détention de Benjamin Brière a tout d'un moyen de pression sur la France... Par le passé de telles affaires se sont conclues par des échanges de prisonniers avec l'Iran.

Blandine Brière : "Il n'y a aucune avancée sur la procédure judiciaire, l'enjeu est autre part, forcément. Mais on ne maîtrise pas ça, et on ne veut pas que Benjamin soit un otage, un instrument de négociations entre pays. On veut que le fait qu'il est un touriste et un citoyen français soit pris en compte et qu'on sorte de cette histoire".

Moyen de pression ?

Le cas de Benjamin Brière n'est malheureusement pas isolé. Comme pour le voyageur français, le dossier de Fariba Adelkhah, chercheuse à la double nationalité française et iranienne retenue en Iran depuis 2019, semble au point mort.

L'avocat de Benjamin, Maître Valent, dénonçait ce dimanche de la part de Téhéran des "poursuites judiciaires iniques qui ne sont que la réplique de pratiques qui perdurent depuis la Révolution islamique".

Le ministère des Affaires français a de son coté parlé d'accusations "incompréhensibles".