Cet article n'est pas disponible depuis votre région

Huit ans de prison en Iran pour Benjamin Brière, le Français arrêté pour "espionnage"

Access to the comments Discussion
Par Anne Devineaux  avec AFP
euronews_icons_loading
Un poster de Benjamin Brière lors d'une manifestation de soutien à Paris, en France, le 8 janvier 2022
Un poster de Benjamin Brière lors d'une manifestation de soutien à Paris, en France, le 8 janvier 2022   -   Tous droits réservés  Adrienne Surprenant/Copyright 2022 The Associated Press. All rights reserved

Le verdict est tombé pour Benjamin Brière. Le Français détenu en Iran et accusé d'espionnage a été condamné à huit ans de prison par un tribunal révolutionnaire. Il a écopé de huit mois supplémentaires pour "propagande" contre le régime iranien. Ce dernier est emprisonné depuis un an et demi pour avoir pris des photos avec un drone de loisir dans un parc naturel.

"Cette condamnation, que rien ne permet d'étayer est inacceptable" a réagi le ministère français des Affaires étrangères.

Condamnation inacceptable

Son avocat, Me Philippe Valent, dénonce aussi "une mascarade de procès" et appelle les autorités a davantage de fermeté face au régime iranien.

"Je pense qu'il est important que la communauté internationale, les autorités françaises et européennes marquent définitivement la fermeté dans les discussions avec l'Iran, pour leur dire : "ce n'est pas un mode de discussions. La captivité des ressortissants occidentaux ne peut pas être un prérequis aux discussions de levée de sanctions ou de tractations, de négociations dont vous avez besoin", déclare-t-il.

L'Iran retient plus d'une douzaine d'Occidentaux pour la plupart des binationaux , dont la chercheuse franco-iranienne Fariba Adelkhah.

Agé de 36 ans, Benjamin Brière a débuté il y a tout juste un mois une grève de la faim pour dénoncer ses conditions de détention. Sa famille dit craindre pour sa santé et appelle à tout faire pour mettre fin à ce cauchemar.

Il avait comparu jeudi devant un tribunal à Mashhad, lors d'une audience non accessible au public.

En mai, nous avions recueilli le témoignage de sa soeur Blandine, que vous pouvez retrouver ici.