EventsÉvènementsPodcasts
Loader
Suivez-nous
PUBLICITÉ

Tomislav Tomasevic, nouveau maire de Zagreb, veut éradiquer la "pieuvre de la corruption"

Tomislav Tomasevic, nouveau maire de Zagreb, veut éradiquer la "pieuvre de la corruption"
Tous droits réservés Darko Bandic/AP
Tous droits réservés Darko Bandic/AP
Par Euronews avec AFP
Publié le
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Tomislav Tomasevic, 39 ans, a fait campagne en s'engageant à éradiquer le copinage et la "pieuvre de la corruption" dans la capitale croate. Il s'est engagé à rendre Zagreb "plus verte, plus juste, plus efficace et plus transparente".

PUBLICITÉ

Le candidat d'une coalition de gauche-écologiste Tomislav Tomasevic a été élu maire de Zagreb dimanche, battant à plate couture son rival de droite au second tour de scrutin, selon des résultats officiels quasi complets.

Tomasevic a remporté plus de 65% des voix en battant le chanteur folk Miroslav Skoro. Il succédera à Milan Bandic, maire de Zagreb pendant plus de vingt ans, accusé de corruption et décédé en février d'une crise cardiaque.

Tomasevic est considéré comme le symbole d'une nouvelle génération de politiciens croates sans liens avec l'un ou l'autre des deux partis politiques dominants. Depuis l'indépendance de la Croatie vis-à-vis de la Yougoslavie en 1991, le pouvoir oscille entre le parti conservateur HDZ, au pouvoir, et les sociaux-démocrates, aujourd'hui dans l'opposition.

Tomasevic, 39 ans, a fait campagne en s'engageant à éradiquer le copinage et la "pieuvre de la corruption" dans la capitale. Il s'est engagé à rendre la capitale "plus verte, plus juste, plus efficace et plus transparente".

La coalition dirigée par son parti Mozemo (We Can) a remporté 23 sièges à l'assemblée municipale de 47 sièges lors d'élections locales nationales il y a deux semaines. Tomasevic s'est présenté pour la première fois à la mairie en 2017, mais n'avait alors remporté que 4% des voix.

Il est devenu député lorsque son parti Mozemo a fait ses débuts au Parlement l'année dernière. Cela n'empêche pas certains de pointer du doigt son manque d'expérience.

L'un de ses principaux défis sera la reconstruction de la vieille-ville, très endommagée par un tremblement de terre en mars 2020.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Une vague de chaleur provoque une panne d’électricité géante dans les Balkans

Pacte vert, la pomme de discorde européenne

Journée de la Terre : exemple de lutte contre la pollution plastique au Guatemala