DERNIERE MINUTE
Advertising
This content is not available in your region

Covid-19 en France : la décrue se poursuit, mais le sud-ouest inquiète

euronews_icons_loading
Les rues de Paris
Les rues de Paris   -   Tous droits réservés  Thibault Camus/Copyright 2021 The Associated Press. All rights reserved
Taille du texte Aa Aa

La décrue de l'épidémie se poursuit en France, mais des territoires du sud-ouest du pays préoccupent le gouvernement.

Inquiétude en Occitanie et en Nouvelle-Aquitaine

C'est le cas de l'Occitanie et de la Nouvelle-Aquitaine où le nombre d'infections est reparti à la hausse. Le variant indien a par ailleurs été identifié dans une famille de Dax qui n'a pourtant pas voyagé en Inde ou en Grande-Bretagne. Des investigations se poursuivent pour identifier le vecteur de transmission.

Tendance globalement favorable

Au niveau national, la France a retrouvé un niveau épidémique comparable à celui du début de l'automne avec moins de 10 000 nouvelles contaminations quotidiennes.

Cela se traduit par une pression de moins en moins forte sur les hôpitaux : plus de 15 000 personnes sont hospitalisées, soit moitié moins qu'à la mi-avril, et 2 700 patients sont en réanimation, soit deux fois moins qu'il y a un mois

Une situation favorable à une semaine d'un nouvel allégement des restrictions qui sera notamment marqué par un recul du couvre-feu de 21 heures à 23 heures et par la réouverture des salles des cafés-restaurants.

Bientôt la fin du masque ?

Concernant l'obligation du port du masque en extérieur, elle devrait rester en vigueur jusqu'à la fin du mois. L'arrêt du masque se fera de "manière différenciée", a précisé ce mercredi le président français Emmanuel Macron qui a par ailleurs annoncé l'ouverture de la vaccination pour les 12-18 ans à partir du 15 juin.

Les ados vaccinés dès le 15 juin

La campagne vaccinale en France a trouvé son rythme de croisière se félicite le porte-parole du gouvernement, Gabriel Attal : "Rien que la semaine dernière, nous avons frôlé les 700 000 injections sur une journée et battu deux fois les records d'injections en 24 heures. Nous franchirons aujourd'hui la barre symbolique des 50% d'adultes ayant reçu une première injection."

Au 1er juin en France, plus de 26 millions de personnes avaient reçu une première injection et plus de 11 millions avaient reçu les deux doses. Le gouvernement dit vouloir aller "chercher" un maximum de personnes avant l'automne, en particulier les plus fragiles face au virus.