DERNIERE MINUTE
This content is not available in your region

Eté 2021 : la reprise attendue du secteur des croisières

Access to the comments Discussion
Par Symela Touchtidou
euronews_icons_loading
Eté 2021 : la reprise attendue du secteur des croisières
Tous droits réservés  Petros Giannakouris/Copyright 2020 The Associated Press. All rights reserved.
Taille du texte Aa Aa

De tous les secteurs touristiques frappés par la crise sanitaire, celui des croisières, avec des manques à gagner en milliards d'euros, n'est pas le moins affecté. Alors les professionnels parient sur une reprise plus belle que jamais.

Manolis Alevropoulos, des Croisières Celebrity : "Nous avons hâte de revenir. Nous sommes très heureux de revenir. Nous accordons une grande importance à la sécurité et à la santé de nos invités et de notre équipage et nous sommes très confiants : en suivant les protocoles, nous allons revenir très fort."

Nous sommes au port du Pirée, à Athènes, l'un des centres névralgiques de la croisière européenne. C'est de là que partent de nombreux paquebots en route pour la Méditerranée ou l'Europe du Nord.

Symela Touchtidou, de notre équipe à Athènes : "On parle ici de "bulle de voyage". L'idée est de rester en sécurité en restant à l'écart des zones d'infection possibles. L'objectif est de ramener les gens à bord des navires de croisière qui ont déjà commencé à naviguer dans la plupart des régions du monde. Cette année, l'industrie des croisières ne peut pas se permettre d'avoir à nouveau des milliers de passagers bloqués à bord à cause de la crise sanitaire".

On parle ici de "bulle de voyage". L'idée est de rester en sécurité en restant à l'écart des zones d'infection possibles.
Symela Touchtidou
De notre équipe à Athènes

Alors comment fonctionne cette bulle dans laquelle on est censé voyager ? Explication avec le directeur des croisières MSC, Pierfrancesco Vago : "Nous créons une « bulle de sécurité ». Tous ceux qui travaillent sur le navire sont complètement contrôlés. Lorsque nous atteignons une destination, nous nous engageons auprès des autorités locales et, dans notre cas (c'est-à-dire chez MSC Croisières), nous adoptons également l'approche « bulle » pour la destination. Nos clients visitent une destination, mais ils ne se mélangent pas à la population locale pour le moment. Ils montent dans des bus où le chauffeur, le guide sont tous contrôlés et nous les emmenons dans un environnement où ils sont encore tous testés".

Dans ce cadre-là, certains ont décidé de marquer leur différence pour peut-être, attirer plus de monde... Exemple à Chypre, où les passagers des navires de croisière sont libres de se promener où ils veulent.

Savvas Perdios, ministre chypriote du Tourisme : "Nous avons un protocole d'entrée très sûr, vous pouvez venir avec un certificat de vaccination ou avec des tests, il y a aussi des tests aléatoires à l'arrivée. Donc à partir du moment où l'on sent qu'il est sûr d'entrer dans le pays, il n'y a aucune raison de ne pas laisser les gens profiter de l'île. Pour Chypre, la pandémie nous a donné l'opportunité de profiter de cette crise en termes de croisière. Je vais vous donner un exemple. Pour la toute première fois, Royal Caribbean a choisi Chypre comme port d'attache".

D'ici août, environ soixante navires de croisière devraient s'aventurer dans les eaux européennes. Avec, espèrent les professionnels, le vent dans le dos.