DERNIERE MINUTE
Advertising
This content is not available in your region

Bruxelles mise sur Joe Biden : premier voyage en Europe du président américain

euronews_icons_loading
Bruxelles mise sur Joe Biden : premier voyage en Europe du président américain
Tous droits réservés  JOHANNA GERON/AFP
Taille du texte Aa Aa

Bruxelles mise sur le premier voyage de Joe Biden en Europe pour insuffler une nouvelle dynamique aux relations entre les États-Unis et le Vieux continent.

L'Union européenne espère trouver des accords avec le président américains à la fois la fiscalité des entreprises, mais aussi sur le changement climatique ou encore sur une stratégie diplomatique commune vis-à-vis de Moscou.

Valdis Dombrovskis, commissaire européen au commerce : "Aujourd'hui, après quelques années de turbulences, l'atmosphère a changé pour le mieux. Nous cherchons de nouvelles voies pour un leadership commun : pour mettre fin à la pandémie de Covid-19 et stimuler la reprise économique, pour construire un monde plus pacifique, plus démocratique et plus sûr ; pour la réforme de l'OMC, pour le climat et la nouvelle croissance, pour le commerce et la technologie et des chances distribuées équitablement au niveau mondial."

Avant d'arriver à Bruxelles pour le sommet de l'Union européenne, Joe Biden assistera au G7 au Royaume-Uni, dont l'un des principaux objectifs est également de relancer le multilatéralisme pour traiter les grands problèmes de la planète, en particulier la pandémie de Covid.

Dacian Ciolos, député européen, président du groupe Renew Europe : "En ce qui concerne le Covid, j'espère que les États-Unis s'engageront, comme l'a fait l'Union européenne, à ouvrir l'exportation de vaccins pour soutenir Covax, et qu'ils joueront vraiment un rôle clé. L'Union européenne et les États-Unis, ainsi que d'autres superpuissances, contribueront à résoudre ce problème au niveau international, car il ne suffit pas de résoudre ce problème chez nous avec des vaccins - nous devons le faire aussi pour l'Amérique latine, l'Afrique et l'Asie."

Même si des divergences subsistent sur plusieurs dossiers, en particulier pour la Chine, Bruxelles et Washington partagent la volonté de relancer la relation transatlantique.