DERNIERE MINUTE
This content is not available in your region

Nicaragua : arrestations de futurs candidats de l'opposition, à cinq mois de la présidentielle

euronews_icons_loading
Nicaragua : arrestations de futurs candidats de l'opposition, à cinq mois de la présidentielle
Tous droits réservés  AFP
Taille du texte Aa Aa

Est ce possible qu'il y ait un changement de régime au Nicaragua ? La réponse est non, si le président Ortega continue à écarter tous ses opposants à 5 mois de la présidentielle. Juan Sebastián Chamorro García est le quatrième candidat à l'élection à être arrêté en moins d'une semaine. Jusque là, les pressions étaient déjà constantes, il était par exemple régulièrement suivi par un voiture de police depuis quatre mois et demi, dès qu'il sort de chez lui.

Les arrestations se succèdent, et des enquêtes sont ouvertes pour "agissements contre la souveraineté du pays et incitation à l'ingérence étrangère", contre le futurs candidats. Cristiana Chamorro n'appartient à aucun parti, mais fait figure de principale concurrente à M. Ortega. Elle est assignée à résidence. De nombreux pays demandent sa libération immédiate. L'ancienne ambassadrice du Nicaragua aux Etats-Unis entre 2007 et 2009 écrit dans un tweet qu'il n'y a pas de doute, "Daniel Ortega est un dictateur". Julie Chung, désormais secrétaire adjointe par intérim du Bureau des affaires de l'hémisphère occidental du Département d'État américain, écrit :

"L'arrestation arbitraire du candidat à la présidence Felix Maradiaga - le troisième leader de l'opposition nicaraguayenne arrêté en 10 jours - devrait lever tous les doutes qui subsistent sur les références d'Ortega en tant que dictateur. La communauté internationale n'a d'autre choix que de le traiter comme tel".

Le tribunal électoral a déjà écarté de la course à la présidentielle deux partis, dont l'un des plus anciens du pays, le parti conservateur.

"Daniel Ortega a peur du peuple du Nicaragua, déclare Cristiana Chamorro, candidate potentielle à la présidence du Nicaragua, cet homme est mort de peur, parce qu'unis nous allons le battre aux prochaines élections".

En 2018, des manifestations exigeant la démission du président Ortega avaient fait 328 morts. Le sandiniste est resté au total 19 ans à la tête du Nicaragua.