EventsÉvènementsPodcasts
Loader
Find Us
PUBLICITÉ

La France va revoir sa stratégie au Sahel et mettre fin à l'opération Barkhane

Des soldats de l'opération Barkhane, au Mali, en juin
Des soldats de l'opération Barkhane, au Mali, en juin Tous droits réservés AP/Copyright 2020 The Associated Press. All rights reserved.
Tous droits réservés AP/Copyright 2020 The Associated Press. All rights reserved.
Par Maxime Biosse Duplan
Publié le
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Emmanuel Macron annonce que face à une guerre aux djihadistes qui n'en finit pas, et après le récent coup d'Etat au Mali, il est temps pour Paris de se retirer progressivement et de trouver un nouveau modèle.

PUBLICITÉ

Embourbée au Mali, la France commence un retrait progressif. L'opération Barkhane, en tant qu'opération extérieure, va cesser, Emmanuel Macron l'a annoncé ce jeudi. Plus de 5 000 hommes sont aujourd'hui mobilisés au Mali et dans la région du Sahel. Mais face à une guerre aux djihadistes qui n'en finit pas, et après le récent coup d'Etat au Mali, il est temps pour Paris de se retirer progressivement et de trouver un nouveau modèle.

Emmanuel Macron : "Il (ce nouveau modèle) impliquera le passage à un nouveau cadre pour permettre une opération d'appui, de soutien et de coopération, aux armées des pays de la région qui le souhaitent, et de la mise en oeuvre d'une opération militaire et d'une alliance internationale associant les Etats de la région et tous nos partenaires, strictement concentrée sur la lutte contre le terrorisme".

Le Président français a aussi évoqué, sans les nommer, des "Etats qui refusent de prendre leurs responsabilités".

...des Etats qui refusent de prendre leurs responsabilités
Emmanuel Macron

De plus, et c'est un point qui a fortement irrité les Français, le nouveau dirigeant malien, le colonel Goïta, envisagerait de négocier directement avec Al Quaïda.

Au Sahel, une mission européenne de formation des armées est déjà soutenue par plusieurs pays et Paris compte en rallier d'autres. Mais le travail va se poursuivre surtout dans la lutte contre le terrorisme, dans le cadre d'**une force appelée Takuba, dont la France va rester la colonne vertébrale, au moins jusqu'en 2030, avec plusieurs centaines de soldats. **

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

La France semble envisager un retrait militaire du Mali, mais pas du Sahel

Niger : les premiers ressortissants européens évacués arrivent à Paris et à Rome

Exécutions, tortures et pillages : les mercenaires russes de Wagner accusés d'exactions en Afrique