EventsÉvènementsPodcasts
Loader
Find Us
PUBLICITÉ

Hongrie : Viktor Orban en appelle à la fin du "diktat" européen

Hongrie : Viktor Orban en appelle à la fin du "diktat" européen
Tous droits réservés AP / John Thys (Pool)
Tous droits réservés AP / John Thys (Pool)
Par euronews avec AFP
Publié le
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

La Hongrie se démarque une nouvelle fois de ses partenaires européens. Le Premier ministre Viktor Orban réclame du "respect" et la "fin du diktat" européen.

PUBLICITÉ

Viktor Orban continue de se rebeller contre l'Union européenne.

Le Premier ministre hongrois en appelle cette fois à la "fin du diktat" de l'Europe. Des propos tenus alors que le pays prend la présidence du groupe de Visegrad, une plate-forme de coopération entre la Pologne, la Hongrie, la République tchèque et la Slovaquie.

"_Nous ne pouvons pas accepter que d'autres pays membres de l'UE nous disent comment nous devons élever les enfants hongrois. Ce n'est pas correct. Quelqu'un comprend mal la situation dans l'UE. _****On ne peut pas accepter qu'un pays quelconque de l'UE nous dise qu'il faut mettre à genoux un des pays du groupe de Visegrad. Il faut mettre un terme à ce diktat"".

Ce club d'Europe central a été fondé il y a 30 ans, à la chute du bloc soviétique, avec la volonté d’intégrer l’Union européenne. Aujourd'hui, la Hongrie, membre de l'UE fait de la résistance aux politiques de Bruxelles.

Et s'insurge contre la Commission qui qualifie de "honte" l'adoption d'une loi interdisant les contenus LGBTI dans les écoles. Bruxelles a lancé mercredi un nouvel avertissement à la Hongrie pour qu'elle renonce à sa loi accusée de discriminer les personnes LGBTI, sous peine de déclencher une procédure pouvant conduire à des sanctions contre Budapest.

La loi prévoit que "la pornographie et les contenus qui représentent la sexualité ou promeuvent la déviation de l'identité de genre, le changement de sexe et l'homosexualité ne doivent pas être accessibles aux moins de 18 ans".

"La loi ne concerne pas les homosexuels, (mais) la façon dont les parents veulent faire l'éducation sexuelle de leurs enfants", s'était défendu Viktor Orban, accusant ses homologues européens de ne pas l'avoir lue.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Le groupe de Visegrad est divisé sur la question des armes à donner à l'Ukraine

A Budapest, Robert Fico et Viktor Orbán veulent faire front commun face à l'UE

Le Parlement hongrois adopte une loi pour lutter contre "les interférences étrangères"