DERNIERE MINUTE
This content is not available in your region

Royaume-Uni : pénurie de saisonniers étrangers

Access to the comments Discussion
Par Euronews
euronews_icons_loading
Royaume-Uni : pénurie de saisonniers étrangers
Tous droits réservés  Euronews
Taille du texte Aa Aa

Depuis 33 ans, Gerrard Vonk, responsable d'une pépinière, fait appel à des saisonniers d'Europe de l'Est pour récolter ses poivrons. Mais cette année, la pénurie de travailleurs pèse sur son commerce, ils sont 72 de moins que l'année dernière : "Plus de barrières, plus de papiers, donc plus de difficultés pour venir travailler ici. C'est très difficile pour notre entreprises, et celles de la région", indique Gerrard.

Sur cette côte Sud du Royaume-Uni, c'est la plus grande ferme du genre : 10 hectares et demi de serres, de nombreux plants de poivrons, normalement cueillis tous les trois jours... Aujourd'hui, cueillis seulement tous les 11 jours. Dans cette ferme, il y a environ 745 000 courgettes non cueillies, soit 150 tonnes de légumes pourris, parce qu'ils n'ont pas le personnel pour les récolter. Si cela continue, cela forcera les fermes comme celles-ci à prendre des décisions difficiles quant à leur avenir.

La crainte, pour une ferme comme celle-ci, est que les supermarchés britanniques se tournent vers l'Union Européenne pour remplir leurs rayons vides.

De lourdes conséquences

Julian Marks, un autre pépiniériste du secteur, a rencontré deux problèmes cette année : la pandémie, et le Brexit. Résultat, impossible de persuader les saisonniers européens de revenir : "La restriction de la libre circulation a des conséquences dévastatrices, mais pas seulement sur l'agriculture et l'horticulture. Sur tous les secteurs où des étrangers travaillent depuis des années : maintenant, ils restent chez eux".

Le gouvernement britannique a annoncé un projet pilote de travailleurs saisonniers pour cette année, avec un quota accru de 30 000. Mais les agriculteurs pensent qu'il est nécessaire de faire davantage pour attirer les gens vers les côtes britanniques, pour éviter une autre catastrophe agricole.