La Lituanie et la Grèce veulent une politique européenne migratoire efficace

La Lituanie et la Grèce veulent une politique européenne migratoire efficace
Tous droits réservés AP / Petros Giannakouris
Tous droits réservés AP / Petros Giannakouris
Par Euronews avec AFP
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Selon l'agence Frontex, les tentatives de franchissement sont à la hausse par rapport à 2020 : en Méditerranée centrale, elles ont augmenté de plus de 150 %.

PUBLICITÉ

Les autorités lituaniennes et grecques souhaitent une politique européenne efficace pour faire face à la crise migratoire. Les deux pays sont les principaux points d'entrée dans l'Union européenne pour les réfugiés. _"_Nous avons convenu que nous devions coordonner nos positions concernant la négociation du nouveau pacte européen pour la migration et l'asile", a indiqué **Kyriakos Mitsotakis, Premier ministre grec. **

Il existe des procédures et des instruments juridiques pour demander l'asile, si besoin
Ingrida Simonyte
Première ministre lituanienne

Plus de 2 millions de réfugiés sont entrés en Lituanie l'année dernière. La Première ministre lituanienne, Ingrida Simonyte, a souligné que le pays n'était pas _"un couloir, une voie vers l'Union, la Suède, l'Allemagne ou d'autres pays. Il existe des procédures et des instruments juridiques pour demander l'asile, si besoin". _

Le flux migratoire en augmentation

De son côté, le Ministre des affaires étrangères irakien a indiqué qu'il enquêterait sur les réseaux de trafic d'être humains, responsables des flux migratoires vers l'Europe.

Selon l'agence Frontex, les tentatives de franchissement sont à la hausse par rapport à 2020 : en méditerranée centrale, elles ont augmenté de plus de 150 %.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Lituanie : ils protestent contre l'hébergement provisoire de réfugiés

Pologne: le Bélarus fait peser la crainte de l’arrivée de clandestins

Les Îles Canaries face au défi migratoire