DERNIERE MINUTE
This content is not available in your region

Le long du Rhin, la protection des espèces menacées ne connaît pas de frontière

Par Cyril Fourneris
euronews_icons_loading
Smart Regions
Smart Regions   -   Tous droits réservés  euronews
Taille du texte Aa Aa

Comme de nombreuses zones humides, la région du Rhin entre la France et l'Allemagne souffre de la chute de sa biodiversité. Un projet transfrontalier y est mené pour protéger plusieurs espèces d'animaux menacées.

L'une d'elles, c'est la chevêche d'Athéna. Cette petite chouette a failli disparaître de cette région il y a environ 25 ans notamment à cause de la disparition des vergers et de leurs arbres à cavité dans lesquels elle aime nicher. Elle se porte aujourd'hui beaucoup mieux grâce à la plantation d'arbres fruitiers et à la pose de centaines de nichoirs qui lui offrent le confort des cavités naturelles.

De 150 à 700 couples de chouettes chevêches en 30 ans

"Actuellement, en 2021, on peut estimer qu'on est aux alentours de 700 couples en Alsace," précise Dominique Bersuder, volontaire à la Ligue pour la Protection des Oiseaux Alsace, association porteuse du projet. "Donc on est passés de 150 couples dans les années 1990 à 700 couples grâce aux efforts de bénévoles passionnés par la chevêche qui ont permis la sauvegarde de cette espèce et permis le développement de la population," se félicite-t-il.

Six espèces cibles ont été sélectionnées dans le cadre de ce projet qui est appelé "Ramsar Biodiversité" du nom de la Convention de Ramsar dédiée à la préservation des zones humides et qui s'étend en Allemagne et en France. Ce projet dispose d'un budget total de 1,2 million d'euros financé à moitié par l'Union européenne.

Une autre des six espèces est le vanneau huppé, un oiseau des prairies humides dont les effectifs ont réduit au fur et à mesure que son habitat naturel a été transformé et asséché pour l'agriculture. C'est pour lui qu'ont été creusées plusieurs dépressions en bordure de terrains agricoles. Grâce à ces mares, le vanneau a accès aux larves et aux arthropodes. Ce qui facilitera sa reproduction.

"Un écosystème fonctionnel"

"Il faut toujours avoir en tête que la vie s'inscrit dans une grande chaîne alimentaire : donc s'il y a un vanneau, il y a forcément la nourriture de ce vanneau qui elle-même, se nourrit d'une végétation spécifique," indique Cathy Zell, chargée de développement/communication à la LPO Alsace. "Donc on est dans ce qu'on appelle un écosystème fonctionnel et nous-mêmes, les humains, faisons partie de cette grande biodiversité," rappelle-t-elle.

On dit que les oiseaux n'ont pas de frontière. C'est pourquoi des actions sont aussi menées du côté allemand du Rhin.

Des radeaux spécifiquement construits dans le cadre du projet ont été adoptés par des sternes pierregarins. Cet oiseau migrateur se reproduit naturellement à l'abri des prédateurs sur des grèves caillouteuses qui ont disparu avec la canalisation du Rhin.

"Une espèce qui a le même problème des deux côtés du Rhin"

"La sterne pierregarin est une espèce qui a le même problème des deux côtés du Rhin, à savoir qu'elle ne trouve plus de lieux de reproduction naturels dans nos pays," fait remarquer Mare Haider, ornithologue à l'Institut pour l'écologie et la préservation de la nature de Bühl. "Et comme il lui importe peu de voler du côté allemand ou français, il est bon que nous travaillions ensemble," souligne-t-elle.

Les défenseurs de l'environnement insistent sur l'urgence de réformer nos pratiques agricoles pour mieux prendre en compte le sort des oiseaux qui peuvent par ailleurs, être d'excellents auxiliaires des cultures.

Journaliste • Cyril Fourneris