DERNIERE MINUTE
This content is not available in your region

Qui va succéder au roi du sprint Usain Bolt ?

Access to the comments Discussion
Par Vincent Ménard  & Andy Robini
euronews_icons_loading
Trayvon Bromell fait partie des favoris pour le 100 mètres
Trayvon Bromell fait partie des favoris pour le 100 mètres   -   Tous droits réservés  Chris Carlson/Copyright 2021 The Associated Press. All rights reserved
Taille du texte Aa Aa

C'est la course reine des Jeux olympiques : le 100 mètres, dont les finales sont programmées ce week-end.

Chez les femmes, on s'achemine vers un duel entre la Jamaïquaine Shelly-Ann Fraser-Pryce et la Britannique Dina Asher-Smith.

La première, très expérimentée, a signé le doublé sur 100 et 200 mètres lors des Jeux de 2008 et 2012.

La seconde est l'une des valeurs montantes du sprint et n'est autre que la championne du monde en titre sur le demi-tour de piste.

Derek Redmond, ex-athlète olympique britannique : "La course chez les hommes est, je pense, assez ouverte. Il y a évidemment de bons Américains, mais ce qui change, c'est que pour une fois le 100 mètres féminin pourrait faire de l'ombre au 100 mètres masculin, parce que vous avez Dina Asher-Smith, et vous avez aussi Shelly-Ann Fraser-Pryce. Cela va être une belle bataille avec deux grandes athlètes qui pourraient réellement mettre le 100 mètres féminin sur un piédestal, alors que d'habitude c'est davantage le 100 mètres masculin."

Andy Robini, euronews : "Aucun fan n'assiste aux Jeux à cause des restrictions sanitaires dues au Covid-19. Croyez-vous que cela va affecter les performances des athlètes ?"

Derek Redmond : "L'ambiance joue bien sûr un rôle. Dans un scénario idéal, il y auraient 60, 70 ou 80 000 personnes dans le stade qui applaudiraient, encourageraient leurs favoris et feraient du bruit. Cela apporte un petit supplément d'énergie à un athlète. Mais le point sur lequel je veux insister, c'est que tous les athlètes sont logés à la même enseigne. Ce n'est pas comme si un pays n'avait pas de supporteurs. Tous en sont privés et doivent essayer de ne pas y penser. Ils doivent vraiment être professionnels et faire leur travail dans ces conditions étranges et, espérons-le, uniques".

Chez les hommes, ils sont nombreux à rêver de devenir l'homme le plus rapide du monde, à commencer par le Canadien Andre de Grasse et l'Américain Trayvon Bromell.

Que ce soit à Pékin en 2008, à Londres en 2012 ou à Rio en 2016, Usain Bolt avait écoeuré ses concurrents en triomphant sur 100 et sur 200 mètres.

Depuis son départ à la retraite, l'athlétisme se cherche une nouvelle star pour remplacer l'idole dans le coeur des fans.