DERNIERE MINUTE
This content is not available in your region

60 ans du Mur de Berlin : il réussit à passer à l'ouest et aida d'autres habitants à s'échapper

Access to the comments Discussion
Par euronews avec AFP
euronews_icons_loading
60 ans du Mur de Berlin : il réussit à passer à l'ouest et aida d'autres habitants à s'échapper
Tous droits réservés  Markus Schreiber/Copyright 2019 The Associated Press. All rights reserved
Taille du texte Aa Aa

C'était le 13 août 1961. Il y a 60 ans jour pour jour, les habitants de Berlin se réveillent avec un Mur dans leur vie. Un mur scindant une ville en deux, qui va les empêcher de passer d'est en ouest.

Hartmut Richter a 13 ans lorsque ce mur est érigé."Personne n'aurait pu imaginer que le Mur resterait debout pendant 28 ans", se souvent-il.

Hartmut vit alors dans l'Est, occupé par les Soviétiques. Du jour au lendemain, il ne peut plus rendre visite à ses parents ou amis qui vivent dans l'ouest de la capitale occupée.

À l'époque, il était un communiste convaincu, mais le mur de Berlin a bousculé les choses dans sa tête. "Mes proches, qui vivaient à l'ouest, n'étaient pas des ennemis, mais je pensais qu'ils étaient fous", explique-t-il. "Selon moi ils passaient à côté de la victoire du socialisme, ce qui était mon opinion d'enfant, jusqu'à ce 13 août 1961."

Très vite, Hartmut ne peut supporter cette situation. En 1966, il s'échappe vers l'ouest, en traversant un canal à la nage et en évitant les gardes-frontières au cours d'une évasion de quatre heures.

Puis il passa plusieurs années à aider d'autres personnes à faire comme lui : s'échapper. "J'ai passé ma vie à lutter contre le mur", raconte Hartmut Richter. "Par la suite, quand j'ai eu accès à des documents de la Stasi me concernant, j'ai découvert qu'ils voulaient même me faire tuer quand j'étais à l'Ouest. Finalement, ils ont annulé l'ordre".

Aujourd'hui à Berlin, les vestiges du mur sont encore là. Lara et Emir viennent de Munich et les découvrent pour la première fois. "Il ne reste qu'un petit morceau mais à l'époque il y avait aussi des soldats armés et des barbelés. Cela devait être bien pire...", glisseLara Arendt. "A__ujourd'hui cela ressemble plus à un simple parc..."