DERNIERE MINUTE
This content is not available in your region

Ukraine : un forum condamne l'annexion de la Crimée, Moscou proteste

Access to the comments Discussion
Par Euronews avec AFP
euronews_icons_loading
Réunion du forum sur la Crimée, le 23 août 2021
Réunion du forum sur la Crimée, le 23 août 2021   -   Tous droits réservés  AP/Ukrainian Presidential Press Office
Taille du texte Aa Aa

Plus d’une cinquantaine de pays étaient réunis ce lundi au "forum sur la Crimée", pour prôner la fin de l'occupation de cette péninsule annexée par la Russie en 2014.

Une quinzaine de chef d'États européens y participaient mais des poids lourds manquaient a l’appel comme Emmanuel Macron ou Angela Merkel alors que la chancelière allemande était en visite en Ukraine la veille.

Le président ukrainien a appelé à "renforcer les sanctions" prises contre Moscou pour forcer la Russie à s'asseoir à la table des négociations.
"Nous savons que seule, l'Ukraine, ne pourra jamais reprendre la Crimée", a déclaré Volodymyr Zelenskiy. "Il nous faut un soutien efficace au niveau international, et un appui encore plus important en ce qui concerne la libération de la péninsule. Aujourd’hui, nous avons besoin de nouvelles mesures efficaces pour libérer la Crimée. Nos efforts conjoints pourraient éliminer cette agression armée."

Condamnation Européenne

"L'Ukraine ne sera jamais seule et la Crimée, c'est l'Ukraine", a pour sa part souligné sur place le président du Conseil européen Charles Michel. "L'indépendance signifie la souveraineté. Cela signifie l'intégrité territoriale à l'intérieur des frontières internationalement reconnues. Et je suis ici pour réaffirmer la position inébranlable de l'Union Européenne : nous ne reconnaissons pas et ne reconnaîtrons pas l'annexion illégale de la Crimée et de Sébastopol par la Russie. Nous continuerons à appliquer fermement notre politique de non-reconnaissance et nous nous opposerons à toute violation du droit international".

"Je suis ici pour réaffirmer la position inébranlable de l'Union Européenne : nous ne reconnaissons pas et ne reconnaîtrons pas l'annexion illégale de la Crimée et de Sébastopol par la Russie."
Charles Michel
Président du Conseil européen

Les participants ont adopté une résolution commune condamnant l'annexion de la Crimée et des violations des droits de l'Homme dans ce territoire ainsi que sa "militarisation" par Moscou, tout en soulignant attendre "le retour à l'Ukraine" de la péninsule. Les signataires n'ont cependant pas annoncé de mesures concrètes.

Protestations de Moscou

Un petit camouflet pour le président Zelensky qui craint voir son pays sacrifié sur l'autel des intérêts européens, partenaires du gaz Russe.

Il s'est néanmoins félicité lundi de la création d'une "coalition internationale en vue de la libération de la Crimée" et a appelé la Russie à "corriger son erreur historique tragique".

À l'approche de ce sommet, les autorités et les médias ukrainiens avaient en outre fustigé des "pressions" russes sur des pays tiers pour les dissuader d'y participer.

Le Kremlin a de son côté dénoncé le forum. "Nous considérons cet événement comme extrêmement hostile" et "antirusse", a réagi le porte-parole du Kremlin Dmitri Peskov.

Cette péninsule ukrainienne a été annexée par Moscou en mars 2014 dans la foulée d'une révolution pro-occidentale à Kiev, que la Russie qualifie de coup d'État.

Elle a été suivie par le déclenchement d'une guerre dans l'est de l'Ukraine contre des séparatistes prorusses, dont la Russie, malgré ses multiples dénégations, est considérée comme le parrain militaire.