DERNIERE MINUTE
This content is not available in your region

En Grèce, la bataille contre le feu continue face aux risques de résurgence

Access to the comments Discussion
Par Euronews
euronews_icons_loading
En Grèce, la bataille contre le feu continue face aux risques de résurgence
Tous droits réservés  Πυροσβεστικό Σώμα Ρουμανίας
Taille du texte Aa Aa

En Grèce, la bataille contre le feu continue face aux risques de résurgence

En Grèce, la bataille contre le feu n est pas terminée. L'incendie à Vilia, à une soixantaine de kilomètres au nord-ouest d'Athènes a été contenu mais les soldats du feux, qu'ils soient grec ou étrangers, doivent rester sur place face aux risques de résurgence.

Ici la végétation avait déjà brûlé dans les feux de foret dévastateurs qui ont ravagé le pays début août. Au total, plus de 116 000 hectares sont partis en fumée dans le pays depuis fin juillet.

Les pompiers qui avaient été déployés par centaines, avec des renforts étrangers, sont restés mobilisés. C'est le cas de cette de l'unité du Major Catalin Samsodan, venue de Roumanie : "Quand nous sommes arrivés sur les lieux, les habitants étaient très reconnaissants pour tous les efforts que nous avons fournis pour éteindre l'incendie", explique t-il. " Certaines personnes nous ont même embrassés. et vous savez, quand vous entendez des mots en roumain comme "mulțumesc" qui signifie merci, c'est très motivant. Cela nous a permis d'être plus forts et de continuer à travailler en collaboration avec les pompiers grecs. "

"Nous répartissons la responsabilité de chaque unité pour s'occuper d'un feu de forêt, ou de défrichement, explique Vasileios Bikas Major des pompiers grecs. Nous coopérons et nous restons ensemble sur le terrain."

Probablement dus au réchauffement climatique, les incendies de forêt qui ont frappé la Grèce étaient sans précédent, mais le pays a pu compter sur le soutien européen comme l'explique Michalis Arampatzoglou, le correspondant d'Euronews en Grèce.

Le mécanisme de protection civile de l'Union Européenne a mobilisé plus de 1 000 pompiers de 11 États membres, 236 véhicules, 9 bombardiers et des hélicoptères. Il s'agit de la plus grande réponse de l'UE à une telle opération dans un pays.