DERNIERE MINUTE
This content is not available in your region

A Paris, l'Arc de Triomphe est en train d'être empaqueté, et c'est de l'art

Access to the comments Discussion
Par euronews avec Reuters
euronews_icons_loading
"CHRISTO IN HIS STUDIO, 2019"
"CHRISTO IN HIS STUDIO, 2019"   -   Tous droits réservés  De Trevor Tweeten
Taille du texte Aa Aa

C'est un chantier colossal qui a commencé à Paris : empaqueter l'Arc de triomphe, l'un des emblèmes de France les plus connus à l'étranger et l'un des plus visités. L'ouvrage consiste à recouvrir l'arche de 50 mètres de haut d'un immense morceau de matière plastique, et pas n'importe lequel : du polypropène recyclable bleu argenté, réputé pour sa résistance.

Ce projet, c'est celui de l'artiste Christo, spécialiste de ce genre d'installations, aussi spectaculaires qu’éphémères. On se souvient de l'empaquetage du Pont-Neuf en 1985, resté dans les mémoires, ou bien de celui du Reichstag à Berlin.

Mais Christo est mort il y a un an à l'âge de 84 ans, avant d'aller au bout de son projet de rhabiller l'Arc de Triomphe. "Christo a eu l'idée en 1961, mais lui et sa femme Jeanne-Claude ne sont jamais allé au bout, ils ne l'ont jamais proposée officiellement, elle est juste restée dans leur tête", explique Vladimir Yavatchev, le neveu de Christo.

C'est grâce à lui que le projet va finalement voir le jour. Il restera fidèle à ce qu'avait imaginé l'artiste. Et ces oeuvres posthumes ne se limiteront pas à Paris. "Il nous a fait promettre de faire l'Arc de Triomphe", confie Vladimir Yavatchev. "Et il y a un autre projet qu'il voulait que nous réalisions : il s'agit de la Mastaba d'Abu Dhabi", explique le neveu de Christo.

C'est une pyramide en forme de trapèze, elle fait 150 mètres de haut, et c'est un autre projet qu'il voulait vraiment voir se réaliser. Pour ces deux projets, la conception artistique est déjà là, nous avons les plans, nous devons juste le faire", ajoute-t-il.

L'Arc de Triomphe empaqueté sera visible à compter du 18 septembre jusqu'au 3 octobre. Mais le projet n'empêchera pas les visiteurs d'accéder au monument, sous lequel repose le Soldat inconnu.