PUBLICITÉ

G20 santé : favoriser l'accès des plus pauvres aux vaccins, mais sans suspendre les brevets

G20 santé : favoriser l'accès des plus pauvres aux vaccins, mais sans suspendre les brevets
Tous droits réservés Roberto Monaldo/LaPresse
Tous droits réservés Roberto Monaldo/LaPresse
Par Alberto De Filippis
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Les ministres de la Santé du G20 réunis à Rome s'engagent à fournir plus de vaccins mais aucun accord n'est toujours trouvé sur une suspension des brevets.

PUBLICITÉ

Favoriser l'accès des plus pauvres aux vaccins dans le monde entier, c'est l'un des engagements des ministres de la Santé du G20, qui étaient réunis à Rome jusqu'à ce lundi soir. Pour autant, la question clé de la suspension des brevets des vaccins anti-Covid, qui permettrait à de nombreux pays de produire leurs sérums, a été une nouvelle fois abordée, mais rejetée faute d'accord.

Alberto de Filippis, notre envoyé à Rome : "La communauté internationale doit faire plus contre cette pandémie, en se concentrant sur le soutien aux systèmes de santé nationaux. La solidarité vaccinale doit également devenir une nécessité géopolitique. Tels sont quelques-uns des points exprimés lors de la conférence de presse finale du G20 par les ministres de la Santé à Rome. Le ministre italien Roberto Speranza a également déclaré que les vaccins, seule véritable arme contre le Covid, doivent être produits partout, pas seulement dans certains territoires. De son côté, l'Europe a déjà exporté des centaines de millions de doses, mais certains pays manquent encore de vaccins. Au cours de la journée, la commissaire européenne à la Santé, Stella Kyriakides, avait également évoqué les demandes de suspension de brevets - le meilleur moyen de ne laisser personne de côté et d'encourager une hausse de la production mondiale de vaccins".

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Un sommet du G20 ambitieux et sous haute sécurité à Rome

En République tchèque, la coqueluche est de retour

Santé : flambée de cas de rougeole en Europe