DERNIERE MINUTE
This content is not available in your region

Quatre des six palestiniens évadés ont été capturés en Israël

Access to the comments Discussion
Par Euronews avec AFP
euronews_icons_loading
L'un des prisonniers évadé puis capturé
L'un des prisonniers évadé puis capturé   -   Tous droits réservés  AFP
Taille du texte Aa Aa

Ils étaient les hommes les plus recherchés du pays. Les forces de sécurité en Israël ont capturé quatre des six Palestiniens qui s'étaient enfuis d'une prison de haute sécurité, une évasion spectaculaire ayant fait d'eux des "héros" aux yeux des Palestiniens.

Depuis leur fuite lundi 6 septembre via un tunnel creusé sous un évier et débouchant à l'extérieur du bâtiment, les autorités israéliennes mènent une chasse à l'homme en Israël et en Cisjordanie, territoire d'origine des fugitifs, occupé par Israël.

Les quatre évadés ont été arrêtés à une trentaine de kilomètres de la prison de Gilboa dans le nord d'Israël.

Vendredi 9 au soir, deux d'entre eux, Yaqoub Qadri, 48 ans, et Mahmoud Ardah, 45 ans, qui a passé ses 25 dernières années en prison, ont été capturés sans résistance dans la ville de Nazareth à l'issue d'une poursuite en hélicoptère, a indiqué la police.

Ils sont membres du groupe armé palestinien Jihad islamique. MahmoudArdah, plus ancien détenu des six fugitifs, est présenté par des médias locaux comme l'architecte de l'évasion.

Selon les médias israéliens, la police a été alertée par des habitants de Nazareth sur la présence de deux hommes cherchant de la nourriture dans des poubelles.

Dans la maison familiale près de la ville de Jénine, en Cisjordanie, un frère de Mahmoud Ardah a confié à l'AFP que malgré la "tristesse" de ses proches après sa capture, ils étaient "heureux que Mahmoud ait réussi à faire enfuir les prisonniers et à être libre pour quelques jours".

"Notre peur, c'est qu'il soit torturé, placé en confinement et qu'on lui interdise de recevoir des visiteurs ou de parler au téléphone", a ajouté Mohammad Ardah.

En état d'alerte

Samedi avant l'aube, deux autres fugitifs, Zakaria al-Zoubeidi, un ex-chef de la branche armée du parti Fatah et le plus connu des six évadés, et Mohammad Ardah, un membre du Jihad islamique, ont été capturés.

Ils ont été arrêtés par les forces spéciales "alors qu'ils se cachaient dans un parking" d'un village à une dizaine de kilomètres de Nazareth, selon la police.

Après l'annonce des deux premières arrestations, une roquette a été tirée depuis la bande de Gaza, une enclave palestinienne contrôlée par les islamistes du Hamas mais d'où opère aussi le Jihad islamique. Elle a été interceptée par le bouclier antimissile. En représailles, l'armée a mené des raids à Gaza.

Samedi soir, une nouvelle roquette, également interceptée, a été tirée vers Israël depuis Gaza.

Dans un communiqué, le Premier ministre israélien Naftali Bennett a salué le travail des forces de sécurité après la capture des quatre fugitifs, soulignant que l'"état d'alerte maximum devait se poursuivre jusqu'à la capture" des deux autres.

Il s'agit de deux membres du Jihad islamique originaires de Jénine -Ayham Kamamji, 35 ans, condamné à la perpétuité pour enlèvement et assassinat d'un colon israélien et de Mounadel Infeiat, 26 ans.

"Déclaration de guerre"

Le Jihad islamique a affirmé dans un communiqué que l'arrestation des fugitifs n'allait "pas effacer" leur évasion "héroïque", et averti que toute tentative des autorités israéliennes de "se venger" sur ces prisonniers équivaudrait à une "déclaration de guerre".

La branche armée du Hamas a déclaré que "tout accord d'échange de prisonniers devrait inclure la libération des (quatre) héros capturés".

Israël souhaite rapatrier les corps de deux soldats tués en 2014 à Gaza et de deux civils, entrés de leur propre gré dans l'enclave et détenus depuis.

Les forces israéliennes avaient lancé une vaste opération de recherche avec l'armée, la police et les services de sécurité pour mettre la main sur les six Palestiniens évadés, et avaient déployé des renforts en Cisjordanie.

Des images des services carcéraux ont montré un tunnel sous une large céramique de salle de bain, au pied d'un évier, par lequel les détenus avaient fui. A l'extérieur, les policiers avaient localisé un trou creusé dans le sol.

Cette évasion rare a mis les autorités israéliennes dans l'embarras.

Mais dans les territoires palestiniens, des manifestations, émaillées de heurts avec les forces israéliennes, ont eu lieu pour saluer ces "héros".