This content is not available in your region

Regain de violence entre Palestiniens et Israéliens après "la marche des drapeaux"

Access to the comments Discussion
Par euronews
euronews_icons_loading
Explosions dans le ciel au-dessus de Khan Younés dans le sud de la bande de Gaza, 16 juin 2021
Explosions dans le ciel au-dessus de Khan Younés dans le sud de la bande de Gaza, 16 juin 2021   -   Tous droits réservés  SAID KHATIB/AFP or licensors

Après des lancers de ballons incendiaires vers Israël, l'aviation israélienne a ciblé des positions du Hamas dans la bande de Gaza. C'est le premier incident notable entre les deux camps depuis la fin de leur guerre-éclair de 11 jours en mai dernier.

Ce regain de violence a eu lieu juste après la marche de plus d'un millier de militants nationalistes et de l'extrême droite à Jérusalem-Est.

Depuis 1967, cette "marche des drapeaux" célèbre la réunification de la ville du point de vue Israélien ou le début de l'occupation du secteur par Israël du point de vue palestinien. Une occupation et une annexion qui a été jugée illégale au regard du droit international.

Juste avant, la police avait fermé des artères menant à la Vieille ville et bloqué l'accès des Palestiniens à la place devant la porte de Damas. Des heurts ont éclaté. Au total, une trentaine de palestiniens ont été blessés, selon les secouristes. La police a également fait état de 17 arrestations.

Le Hamas avait qualifié la manifestation de "provocation". La marche devait initialement se tenir le 10 mai dans la foulée de manifestations dans le quartier de Cheikh Jarrah à Jérusalem-Est, où des familles palestiniennes sont menacées d'éviction au profit de colons juifs, et de heurts entre Palestiniens et policiers israéliens sur l'esplanade des Mosquées.

Mais le Hamas avait ce jour-là lancé des roquettes vers Israël en solidarité avec les Palestiniens de Jérusalem-Est. Ces tirs, et la réplique musclée de l'armée israélienne, ont donné lieu à une guerre de 11 jours entre le Hamas au pouvoir à Gaza et Israël.

Le nouveau gouvernement de coalition israélien dirigé depuis dimanche par le premier ministre Naftali Bennett avait décidé de maintenir la marche.

Sources additionnelles • AP, AFP