Aukus : Paris rappelle ses ambassadeurs en Australie et aux Etats-Unis

Le sous-marin nucléaire français Suffren Barracuda
Le sous-marin nucléaire français Suffren Barracuda Tous droits réservés AFP
Par Laurence Alexandrowicz
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

La France rappelle ses ambassadeurs aux Etats-Unis et en Australie. Elle s'estime trahie par ses alliés. Canberra qui avait commandé en 2016 douze sous-marins à la France, pour un total de 56 milliards d'euros lui préfère finalement des sous-marins américains.

PUBLICITÉ

C'est une décision sans précédent entre ces trois alliés historiques : la France a rappelé ses ambassadeurs aux Etats-Unis et en Australie. Il faut dire que rarement Paris a été si furieux, et pour cause : l'Australie qui avait commandé en 2016 douze sous-marins à la France, pour un total de 56 milliards d'euros, vient de lui préférer les sous-marins américains. Le partenariat américano-australien s'appelle Aukus. Pour Paris, Aukus est une trahison, autant de Canberra que de Washington, et les mots de cette responsable américaine ne vont pas apaiser sa colère :

"Les bons amis ont des désaccords, a expliqué Linda Thomas-Greenfield, représentante permanente des États-Unis auprès des Nations unies. Mais c'est la nature de l'amitié, et parce que vous êtes amis, vous pouvez avoir des désaccords et continuer à travailler sur ces domaines de coopération. Et nous continuerons à travailler avec nos collègues français sur les domaines de coopération, et à aborder toute tension dans nos relations. Mais nous ne voyons pas ces tensions changer la nature de notre amitié."

 Canberra a choisi des sous-marins nucléaires, avec plus d'autonomie et plus discrets que les sous-marins conventionnels que proposait la France. L'Australie assure que ce n'est pas un changement d'idée, mais un changement de besoins qui lui a fait prendre cette décision. La France voit dans l'attitude de Joe Biden la même politique que du temps de Donald Trump, ou l'"America First" domine.  

L'objectif du partenariat américano-australien, auquel se rallie également Londres, est de contrer la montée en puissance de la Chine dans la région indo-pacifique. La Chine aurait le plus grand nombre de sous-marins et navires du monde.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

La France affirme que la Russie a menacé d'abattre des avions français au-dessus de la mer Noire

Hommage : Missak Manouchian et son épouse Mélinée reposent désormais au Panthéon

Gabriel Attal donne des gages aux agriculteurs avant le salon de l'Agriculture