Les talibans veulent être invités à s'exprimer devant les Nations Unies

Les talibans veulent être invités à s'exprimer devant les Nations Unies
Tous droits réservés Spencer Platt/2021 Getty Images via AP
Tous droits réservés Spencer Platt/2021 Getty Images via AP
Par euronews
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Le ministre des Affaires Etrangères du mouvement islamiste armé a demandé à l'ONU à pouvoir obtenir une tribune à l'assemblée générale des Nations Unies.

PUBLICITÉ

Les talibans veulent entrer par la grande porte de la diplomatie. Le ministre des Affaires Etrangères du mouvement islamiste armé a demandé à l'ONU à pouvoir obtenir une tribune à l'assemblée générale des Nations Unies qui se déroule en ce moment à New York.

Un comité international doit se pencher sur la question mais pour l'instant les positions sur l'Afghanistan ne sont pas claires. L'OTAN est encore en phase de réflexion, si l'on en croit son Secrétaire Général Jens Stoltenberg : "Nous devons poser des questions difficiles et commencer à réfléchir à tirer des leçons, c'est ce que j'ai initié à l'OTAN. Il y a aussi une leçon à apprendre pour l'ensemble de la communauté internationale. L'OTAN était là, mais aussi l'ONU, l'UE, de nombreux pays qui ont fait un effort énorme sur vingt ans. Et nous devons tous tirer des leçons de la raison pour laquelle les talibans sont de retour et pourquoi cela s'est terminé en Afghanistan comme cela s'est terminé."

Aucun gouvernement n'a officiellement reconnu les talibans comme nouveau gouvernement de l'Afghanistan et pour l'ONU leur donner en son sein un poste d'ambassadeur constituerait de fait une étape vers la reconnaissance internationale.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Au moins 68 morts en Afghanistan après des crues soudaines

En Afghanistan, plus d'un million de filles n'ont pas accès à l'éducation au début de l'année scolaire

Afghanistan : retour à Kaboul pour deux anciens prisonniers de Guantanamo