DERNIERE MINUTE
This content is not available in your region

Alexander Schallenberg, nouveau chancelier autrichien

Access to the comments Discussion
Par euronews avec AFP
euronews_icons_loading
Alexander Schallenberg, nouveau chancelier autrichien
Tous droits réservés  Lisa Leutner/Copyright 2021 The Associated Press. All rights reserved
Taille du texte Aa Aa

Le changement dans la continuité. C'est un fidèle de Sebastian Kurz qui prend les rênes de l'Autriche. Alexander Schallenberg est le nouveau chancelier. L'ancien chef de la diplomatie autrichienne, 52 ans, a prêté serment ce lundi devant le président Van der Bellen. Il va devoir rétablir confiance et stabilité, deux jours après la démission de son prédécesseur.

"Je travaillerai bien sûr en très étroite collaboration avec Sebastian Kurz, le président du nouveau Parti populaire, le plus grand parti au parlement, sous lequel le Parti a remporté avec succès deux élections au Conseil national, tout le reste serait absurde en termes de politique démocratique."

Cette proximité inquiète l'opposition qui parle de "système Kurz" même si ce dernier dément être "un chancelier de l'ombre". Il a reçu le soutien du nouveau dirigeant conservateur.

"De plus, je considère que les allégations qui sont faites sont fausses et je suis convaincu qu'au bout du compte, on s'apercevra qu'il n'y avait rien."

Sebastian Kurz, 35 ans, nie avec véhémence les accusations de corruption. Il est soupçonné d'avoir utilisé par le passé des fonds gouvernementaux pour s'assurer une couverture médiatique favorable et ainsi accéder au pouvoir.

Sebastian Kurz a connu une ascension fulgurante sur la scène politique autrichienne et était devenu fin 2017 le plus jeune dirigeant élu de la planète. En 2019, il a déjà essuyé un scandale dont il s'est relevé sans peine.

Le chef de l'ÖVP, qui va siéger au Parlement et restera omniprésent, a promis de "faire toute la lumière" sur les accusations qui le visent.

Outre l'affaire actuelle, il fait également l'objet d'investigations pour faux témoignage devant une commission parlementaire.