This content is not available in your region

Restrictions sanitaires : la Guyane française dit son ras-le-bol

Access to the comments Discussion
Par euronews  avec AFP
euronews_icons_loading
un restaurant de Cayenne fermé
un restaurant de Cayenne fermé   -   Tous droits réservés  AFP

Un couvre-feu toujours en vigueur le soir et le week-end, des restaurants et bars toujours fermés, à Cayenne, la capitale de la Guyane française, de nombreuses restrictions sont toujours en place pour lutter contre la pandémie de Covid-19. Le territoire d'Amazonie est le seul département français à avoir vu son état d'urgence sanitaire prolongé jusqu'à la fin de l'année.

Dans les rues de Cayenne, la population exprime clairement son ras-le-bol et son incompréhension.

"Ça fait deux ans bientôt que nous subissons les mêmes choses, toujours le confinement, le couvre-feu. Les gens sont bloqués, coincés chez eux, donc on est dans le noir en fait !" dit cet homme.

"Le dimanche, on n'a pas le droit de sortir, même d’aller chez des amis et manger à trois ou à quatre, on ne peut pas ! On est toujours coincés, c'est des choses qui sont incompréhensibles, on ne comprend pas très bien, on n’a pas d'explication, mais voilà on subit !", déclare cet autre habitant.

Si les services d'urgence sont débordés par les malades du Covid-19, les centres de vaccination continuent d'être désertés. Ici la population est jeune et les anti-vax particulièrement virulents. Résultat : environ 67% des plus de 12 ans n'ont pas reçu les deux injections.

Le responsable du plus grand centre de vaccination de Cayenne, Guillaume Icher confirme cette défiance."On a une capacité qui peut aller jusqu’à 800 personnes vaccinées par jour et aujourd’hui on tombe plutôt à 10/15 % de la capacité de vaccination journalière. Ici, la place et l’influence qu’ont certains réseaux sociaux est tellement énorme, et supplante parfois notre propre parole à nous, professionnels de santé, qu’il convient de prendre beaucoup plus de temps qu’ailleurs pour faire de la pédagogie".

Si les mesures de freinage de l'épidémie vont rester en place encore plusieurs semaines, les autorités annoncent toutefois la mise en place progressive du pass sanitaire dans certaines zones.