This content is not available in your region

Climat : l'Australie vise zéro émission pour 2050

Access to the comments Discussion
Par Euronews  avec AFP
euronews_icons_loading
Climat : l'Australie vise zéro émission pour 2050
Tous droits réservés  Diritti d'autore ROHAN THOMSON/AFP or licensors

À quelques jours de la conférence de l'ONU sur le climat, l'Australie, l’un des plus gros pollueurs de la planète, très critiqué pour ses mines de charbon, promet, mardi 26 octobre, d'atteindre zéro émission nette de carbone d'ici 2050.

"Notre plan est un plan équitable, pratique et responsable." a annoncé le Premier ministre australien Scott Morrison. "Notre plan pour un taux net zéro d'ici 2050 est le plan que les Australiens veulent, je crois, car il est juste et a été élaboré avec soin."

Le Premier ministre conservateur n'a pas toutefois révélé les détails du plan ni les concessions faites à ses partenaires au sein de sa coalition au gouvernement, longtemps dominé par les climato-sceptiques et les intérêts pro-charbon.

Les mines de charbon resteront ouvertes

Le Premier ministre a refusé de renforcer les objectifs de réduction des émissions pour 2030, affirmant qu'il s'efforcerait de maintenir les mines de charbons ouvertes, comme promis en septembre dernier, en raison d'une hausse de la demande pour l'export.

"Nous voulons que nos industries lourdes, comme l'industrie minière, restent ouvertes, compétitives et s'adaptent, afin qu'elles restent viables aussi longtemps que la demande mondiale le permettra", a-t-il écrit dans un texte publié par son bureau.

L'Australie avait déjà accepté de réduire ses émissions de gaz à effet de serre de 26 à 28% d'ici 2030 par rapport aux niveaux de 2005, un objectif que Scott Morrison a affirmé que le pays "atteindra et battra".

Largement considérée comme retardataire en matière protection de l'environnement, l'Australie, le plus grand exportateur mondial de charbon, a longtemps résisté à l'adoption d'un objectif de neutralité carbone.

Canberra a fait l'objet de critiques croissantes pour ne pas avoir agi plus tôt, y compris de la part de ses proches alliés, les Etats-Unis et la Grande-Bretagne, ainsi que de ses voisins insulaires du Pacifique, très vulnérables aux effets du changement climatique.