This content is not available in your region

Moscou en confinement partiel pour contenir la flambée de Covid-19

Access to the comments Discussion
Par euronews  avec AFP
euronews_icons_loading
Moscou en confinement partiel pour contenir la flambée de Covid-19
Tous droits réservés  Kirill KUDRYAVTSEV / AFP

On n'avait pas vu ces images depuis longtemps. A Moscou, la vie s'est partiellement arrêtée ce jeudi. Un confinement pour contenir l'épidémie de Covid-19. Les cas ne cessent d'augmenter, 40 000 au cours des dernières 24 heures, un record et plus de 1100 décès.

Résultat : restaurants, écoles, magasins de vêtements, salles de sports et autres services jugés non essentiels sont fermés jusqu'au 7 novembre. Seules les pharmacies et les magasins vendant des produits alimentaires restent ouverts. La plupart des entreprises et administrations cesseront en outre de travailler dans la capitale pendant cette période.

Pas de confinement strict donc, le président Vladimir Poutine entend préserver l'activité économique du pays. Mais en l'absence de restrictions obligatoires, de nombreux Russes vont partir en vacances.

Le maire de Sotchi, une station balnéaire située sur la mer Noire, a ainsi dit s'attendre à l'arrivée de 100 000 visiteurs et les sites des voyagistes sont pris d'assaut, avec une explosion des prix des billets d'avion pour la Turquie et l'Egypte.

Le Kremlin a exprimé mercredi sa préoccupation, mettant en garde contre des "conséquences épidémiologiques", tout en réaffirmant que ces déplacements n'étaient "pas interdits".

Autre destination populaire qui devrait connaître un afflux de touristes, la Crimée a renoncé à mettre en place un confinement généralisé du 30 octobre au 7 novembre, mais la commune de Sébastopol multipliera les contrôles de passes sanitaires.

La très touristique deuxième ville du pays, Saint-Pétersbourg, a pour sa part décidé de fermer quasiment tous les lieux publics pendant cette période et d'interdire les événements culturels et sportifs.

Le bilan total des décès en Russie s'élève à 235 000 selon les chiffres du gouvernement. L'agence nationale des statistiques, qui a une définition plus large des morts du Covid, faisait état fin août de plus de 400 000 morts.

Raison principale de l'accélération de l'épidémie : une campagne de vaccination laborieuse, sur fond de défiance d'une partie de la population vis à vis des autorités. A peine un tiers des Russes sont immunisés selon le site spécialisé Gogov, alors que le pays a développé quatre vaccins, dont le Spoutnik V.

Le Kremlin a reconnu la semaine dernière l'échec de sa campagne de vaccination en comparaison avec l'Europe, mais a mis ce revers sur le compte de l'absence de "prise de conscience des citoyens".