EventsÉvènementsPodcasts
Loader
Suivez-nous
PUBLICITÉ

Climat : le G20 réaffirme ses ambitions, scepticisme chez les défenseurs de l'environnement

Les leaders du G20 à Rome le 31 octobre 2021
Les leaders du G20 à Rome le 31 octobre 2021 Tous droits réservés Gregorio Borgia/Copyright 2021 The Associated Press. All rights reserved.
Tous droits réservés Gregorio Borgia/Copyright 2021 The Associated Press. All rights reserved.
Par Euronews avec AFP
Publié le
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Avant de se rendre à la COP26 de Glasgow, les dirigeants des pays du G20 ont réaffirmé dimanche les objectifs de l'Accord de Paris, tout en revoyant légèrement à la hausse les ambitions climatiques.

PUBLICITÉ

Avant de se rendre à la COP26 de Glasgow, les dirigeants des pays du G20 ont réaffirmé dimanche les objectifs de l'Accord de Paris, tout en revoyant légèrement à la hausse les ambitions climatiques.

Hausse des températures limitée à 1,5 degré

L'augmentation des températures doit se limiter à 1,5 degré par rapport à l'ère pré-industrielle, alors que l'Accord de Paris avait fixé un plafond à 2 degrés.

En revanche, le G20 reste flou sur le délai fixé pour atteindre la neutralité carbone, le communiqué final évoquant seulement le "milieu du siècle".

Mario Draghi, Premier ministre italien et président du G20, salue le succès de ce sommet :_  "Nous nous sommes engagés à maintenir l'objectif de 1,5 degré à portée de main grâce à une série d'actions immédiates et d'engagements à moyen terme. Nous avons décidé de laisser le charbon derrière nous, en commençant par cesser de financer tout nouveau projet utilisant le charbon pour produire de l'électricité. Ces financements cesseront d'ici la fin de cette année."_

Nous avons décidé de laisser le charbon derrière nous.
Mario Draghi
Premier ministre italien et président du G20

Les défenseurs de l'environnement sur leur faim

Les engagements du G20 laissent en revanche sur leur faim les organisations de défense de l'environnement qui espèrent davantage d'ambition des gouvernants lors de la COP26.

Le Premier ministre britannique Boris Johnson est conscient des enjeux et des attentes qui pèsent sur les dirigeants du monde :

"Si Glasgow échoue, c'est l'ensemble du dispositif qui échoue. L'Accord de Paris, le seul mécanisme viable au monde pour faire face au changement climatique, se retrouvera alors sous la ligne de flottaison. Pour l'instant, l'Accord de Paris et l'espoir qui l'accompagnaient ne sont qu'un bout de papier", a souligné le ¨Premier ministre britannique.

Pour l'instant, l'Accord de Paris et l'espoir qui l'accompagnaient ne sont qu'un bout de papier
Boris Johnson
¨Premier ministre britannique

Rarement la pression environnementale n'avait été aussi forte sur les plus grandes puissances économiques mondiales, une minorité de pays qui représentent pourtant à eux seuls 80% des émissions totales de gaz à effet de serre.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Biden et Xi trouvent des convergences pour apaiser les tensions

COP 28 : 116 pays s'engagent pour tripler les énergies renouvelables

Allemagne : affrontements autour de la mine de charbon de Lützerath