This content is not available in your region

Plus de temps à perdre : le monde face à l'urgence climatique à la COP26

Access to the comments Discussion
Par euronews  avec AFP, AP
euronews_icons_loading
Une des participantes à la COP26 à Glasgow (Royaume-Uni), le 31/10/2021.
Une des participantes à la COP26 à Glasgow (Royaume-Uni), le 31/10/2021.   -   Tous droits réservés  ALAIN JOCARD/AFP

Après les "espoirs déçus" du sommet du G20, plus de 120 dirigeants du monde se retrouvent lundi à Glasgow (Ecosse), pour la COP26. L'hôte du rendez-vous, le Premier ministre britannique souligne que, face à l'urgence climatique, il n'y a plus de temps à perdre.

Les délégués présents à Glasgow en Ecosse pour la 26e Conférence des Nations unies sur les changements climatiques sont au travail depuis ce dimanche.

Lors de l'ouverture de ce sommet crucial, le président de la COP26 a prévenu qu'il s'agissait «du dernier et du meilleur espoir » de parvenir à limiter le réchauffement à +1,5°C.

Actuellement, les engagements climatiques entraîneraient un réchauffement climatique de + 2,7 °C en 2100, par rapport à la température moyenne avant l’ère industrielle.

Les dirigeants de la planète sont donc pressés d'agir pour éviter le pire à l'humanité alors que le sommet du G20 de ce weekend n'a convaincu ni les ONG, ni les Nations Unies.

Le président américain Joe Biden a pourtant salué des "progrès tangibles".

Aujourd'hui, j'ai été fier d'annoncer une autre victoire cruciale à la fois pour les travailleurs américains et pour l'agenda climatique. Les États-Unis et l'Union européenne ont accepté de négocier le premier accord commercial au monde fondé sur la quantité de carbone contenue dans un produit, comme nous avons négocié les droits de douane sur l'acier et l'aluminium qui étaient en vigueur.
Joe Biden
président des États-Unis

Les pays du G20 représentent à eux seuls près de 80% des émissions mondiales de gaz à effet de serre.

Le Premier ministre italien Mario Draghi et que le Président français Emmanuel Macron ont qualifié le sommet G20 de "succès" en raison notamment de l'ajout d'une ambition de neutralité carbone,

En revanche, le Secrétaire général des Nations unies Antonio Guterres a dit quitter Rome avec des "espoirs déçus".

Tous les espoirs reposent désormais sur la COP26.

"Si Glasgow échoue, c'est tout qui échoue" a prévenu Boris Johnson, le Premier ministre britannique.

L'humanité a longtemps joué la montre sur le climat. Il est minuit moins une et nous devons agir maintenant.
Boris Johnson
Premier ministre britannique

La militante écologiste suédoise Greta Thunberg qui est arrivée sur place en train ce dimanche, a plaidé pour une action immédiate pour affronter l'urgence climatique.