La ministre autrichienne de l'Environnement est arrivée à la COP26 de Glasgow en train

La ministre autrichienne de l'Environnement est arrivée à la COP26 de Glasgow en train
Tous droits réservés Florian Schroetter/Copyright 2021 The Associated Press. All rights reserved
Par Stephane HamalianEuronews avec AFP
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

La ministre autrichienne de l'environnement Leonore Gewessler est arrivée à la #COP26 de Glasgow en train ce lundi, au terme d'un voyage de 27 heures.

PUBLICITÉ

Contrairement à la plupart de ses homologues, la ministre autrichienne de l'environnement Leonore Gewessler est arrivée à la COP26 de Glasgow en train ce lundi.

Un périple de 2 000 kilomètres réalisé notamment avec des trains de nuit ; ce moyen de transport est son cheval de bataille depuis son entrée en fonction, l'année dernière. Et la ministre a optimisé son temps de voyage :

"Nous sommes montés dans le train de nuit hier soir de manière très détendue à Vienne. Le matin, nous sommes arrivés à Bruxelles. J'ai profité de la journée à Bruxelles pour participer à des réunions à la Commission européenne avec mon collègue ministre belge de l'énergie" a-t-elle indiqué à son arrivée à la gare centrale de Glasgow.

"En fin d'après-midi, nous avons quitté Bruxelles, nous venons d'arriver à Glasgow - au total, il nous a fallu un peu plus de 27 heures pour être précise. Nous avons bien utilisé notre temps et voyagé très confortablement".

Leonore Gewessler a récemment lancé le billet climatique en Autriche, un ticket d'une valeur de 1095 euros, permettant aux Autrichiens de se déplacer avec tous les types de transport public pendant un an dans le pays. 130 000 personnes ont déjà acheté leur billet, dépassant les attentes du gouvernement.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Mexique : le pays en proie à des feux de fôrets

Musk se rend à l'usine Tesla après le sabotage du groupe écologiste

Colère des agriculteurs européens : la plupart des grands barrages routiers ont été levés en France