PUBLICITÉ

Les banques alimentaires des États-Unis appellent au secours

Banque alimentaire d'Oakland, États-Unis, novembre 2021
Banque alimentaire d'Oakland, États-Unis, novembre 2021 Tous droits réservés AP video
Tous droits réservés AP video
Par euronews
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Les banques alimentaires américaines qui font déjà face à une demande accrue des familles frappées par la pandémie sont désormais confrontées à un nouveau défi : la flambée des prix des denrées alimentaires et les problèmes de chaîne d’approvisionnement qui bouleversent le pays.

PUBLICITÉ

Les banques alimentaires des États-Unis lancent un appel au secours. Elles craignent de ne pas pouvoir répondre à la demande des plus démunis en ces dernières semaines de l'année. Les perturbations de la chaîne d'approvisionnement et les pénuries de main-d'œuvre sont autant de facteurs qui ont contribué à l'augmentation des coûts pour ces organismes caritatifs essentiels :

"Nos banques alimentaires voient des prix qui sont deux à trois fois supérieurs à ce qu'ils étaient il y a seulement neuf mois", explique la présidente de "Feeding America" Katie Fitzgerald. 

La paupérisation de la population américaine s'est accentuée depuis le début de la pandémie. Environ 60 millions de personnes ont eu recours aux banques alimentaires cette dernière année.

Les personnes comme Ita Espinoza n'ont pas le choix, le prix du beurre de cacahuète, aliment américain de base, a doublé par exemple :

"Je viens ici parce que j'ai besoin de nourriture pour ma famille. Vous savez pourquoi ? Parce que les magasins sont très chers et mon argent ne suffit pas."

Les prix élevés conditionnent évidemment le panier d'achat des familles et des communautés défavorisées. À l'approche de fêtes comme Thanksgiving et Noël, certains sacrifices seront faits. 

"Ça va être un Thanksgiving coûteux, la dinde ne va pas coûter le même prix qu'avant, et ils ne donnent pas de la dinde dehors, mais Dieu merci, ils donnent du poulet," expliqueMartha Hasal, Conseil des Indiens d'Amérique de la région de Bay Area.

Et il semble peu probable que la situation s'améliore à court terme. La crise est mondiale et le retour à l'équilibre prendra des mois. En attendant, les prix suivent le cours dicté par la loi de l'offre et de la demande.

Sources additionnelles • AP

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Le président américain a qualifié le Japon et l'Inde de nations "xénophobes"

La police déloge des étudiants propalestiniens de l'université de Columbia

Antisémitisme : la police américaine intervient sur des campus