This content is not available in your region

A table ! Le criquet migrateur autorisé dans les assiettes des Européens

Access to the comments Discussion
Par euronews  avec AFP
Archives : criquet photographié au Kenya en février 2021
Archives : criquet photographié au Kenya en février 2021   -   Tous droits réservés  AFP

Amatrice, amateur de nouvelles sensations culinaires, cette décision vous ravira sans doute. La Commission européenne a en effet autorisé ce vendredi la mise sur le marché, en tant qu'aliment, du criquet migrateur. Il s'agit du deuxième insecte ainsi validé par l'UE, après les vers de farine, qui pourra être officiellement consommé.

Le criquet migrateur (Locusta migratoria) sera disponible en version surgelée, séchée ou en poudre, et sera vendu comme snack, ou comme ingrédient d'un certain nombre de produits alimentaires, précise l'exécutif européen dans un communiqué.

La Commission précise toutefois que "dans les formes congelées et séchées, les pattes et les ailes doivent être retirées par l'exploitant du secteur alimentaire afin de réduire le risque de constipation intestinale".

Cette autorisation intervient après le feu vert de l'Autorité européenne de sécurité des aliments (EFSA), et un vote positif de la part des Etats membres.

La première autorisation par l'UE d'un insecte comme aliment, -les larves du ténébrion meunier, aussi appelées "vers de farine"- remonte à juin.

Riches en acides gras, protéines, vitamines, fibres et minéraux, les insectes sont considérés par l'Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO) comme des aliments très nutritifs et sains.

Ils sont consommés chaque jour par des millions de personnes dans le monde. L'UE les a identifiés, dans le cadre de sa stratégie "De la ferme à la fourchette", comme une source de protéine alternative susceptible de permettre un système alimentaire plus durable.

Des insectes avaient déjà été commercialisés dans l'UE, car certains pays estimaient que ceux-ci n'étaient pas couverts par la précédente réglementation européenne sur les "nouveaux aliments" nécessitant un feu vert pour être vendus.

Mais la réglementation appliquée depuis janvier 2018 considère explicitement les insectes comme des aliments, soumis à la nécessité d'une autorisation de mise sur le marché.